Comment faire sa demande de visa étudiant au Japon

Comment faire sa demande de visa étudiant au Japon

Quand vous décidez d’aller au Japon, c’est généralement dû à 3 raisons : passer des vacances, étudier dans une école ou travailler dans une entreprise. Et en fonction de vos souhaits, vous devriez obtenir un visa (ou non selon la durée du séjour).

Dans ce nouvel article je parlerais des études dans une école au Japon dans le but d’apprendre la langue japonaise. La plupart du temps, lorsqu’on parle d’études au Japon, il s’agit plutôt d’étude pour apprendre la langue japonaise que d’étudier un métier.

Si aujourd’hui je suis en mesure de vous écrire un article pour la demande d’un visa étudiant au Japon, c’est parce-que à l’heure où j’écris cet article, j’ai envoyé mon premier dossier d’inscription dans une école de langue à Tokyo et que ce dernier a été validé par les autorités japonaises. J’ai donc conscience de toutes les démarches à entreprendre pour valider son dossier auprès de l’école et de l’immigration japonaise.

Bien qu’il existe une tripotée d’école de langue japonaise au Japon, je suppose que les procédures à entreprendre et les documents à réunir sont les mêmes dans chaque école car l’étape finale concerne la validation du dossier auprès de l’immigration japonaise qui vérifie si le dossier contient les informations demandées par l’école.
Pour écrire cet article, je vais répondre à plusieurs questions dans un ordre chronologique pour vous permettre de comprendre facilement ce qu’il faut faire pour s’inscrire dans une école de langue japonaise au Japon.

 

Comment choisir son école de langue au Japon ?

Avant tout échange avec l’école, vous vous demandez peut-être quelle école vous devez choisir ? Et bien en prenant exemple sur moi, ce qui m’intéressait était de connaître :

  • le prix,
  • le taux de réussite (si des français avaient réussi leur examen grâce à l’école en question),
  • le lieu,
  • la date à laquelle je voulais commencer.

A partir de là, vous comparez les quelques écoles de langue japonaise au Japon et si vous le souhaitez, vous demandez plus d’informations à des français installés sur place.
En ce qui concerne la date d’entrée, pour les écoles de langue au Japon, vous avez plusieurs sessions. Pour ma part, j’avais choisi la session d’avril 2018. Au Japon, la rentrée des classes se fait en avril, contrairement à nous en France où ça débute en septembre.

Et pour les plus curieux, j’ai choisi l’école « Toshin Language School » située dans la ville de Takadanobaba à Tokyo.

 

Maintenant que j’ai choisi mon école, qu’est-ce que je fais ?

Une fois que j’avais choisi l’école qui m’intéressait, je me suis rendu sur le site web de l’école pour envoyer mon premier message en français via leur formulaire de contact en disant que j’étais intéressé par leur programme scolaire. C’est ensuite avec rapidité que j’ai pu recevoir le premier message d’une personne de l’administration de l’école.

Vous vous demandez sûrement comment je pouvais échanger par écrit avec cette personne (un japonais) alors que je ne parlais pas japonais. C’est avec surprise que j’ai remarqué que cet homme écrivait français et pas seulement ! J’ai été impressionné par le fait qu’il sache écrire si bien le français et de manière soutenue. Franchement respect ! Du coup, tous nos échanges par mails ont été écris en français.

A présent, afin de comprendre la suite des explications, à travers un petit sommaire, je vais établir la liste des procédures à suivre pour préparer son dossier d’inscription jusqu’à réception du visa étudiant. Ces procédures sont à suivre dans l’ordre. Sans la première étape, vous ne pourrez pas accéder à la seconde et ainsi de suite.

 Documents à fournir :

1. Une liste de prés-requis avant tout

2. Les premiers documents à compléter

3. De nouveaux documents à fournir

4. Envoie du dossier

5. Envoie d’un acompte

6. Règlement des frais de scolarité

7. Demande et réception du visa étudiant

 

1. Quels sont les prés-requis pour étudier dans une école de langue au Japon ?

La demande de visa étudiant est ouverte à tous et se fait par dossier nécessitant au préalable 2 prés-requis.

« C’est tout ?! »

C’est peut-être peu mais encore faut-il les avoir.
En effet, les 2 prés-requis dont vous aurez besoin avant tout sont :

  • un niveau d’étude minimum équivalent au baccalauréat,
  • un certificat bancaire prouvant la somme minimale de 16 000 € sur votre compte bancaire ou celui d’un garant (père ou mère).

Puis avant d’ajouter quoique ce soit, il y a un blanc… Vous vous dîtes « Bon bah le Japon ça attendra… ^^’ » ou bien « Pourquoi autant d’argent ?! ».

Alors pour moi, j’avais ces prés-requis donc le problème ne se posait pas mais avec un peu de recul on peut comprendre leur point de vu. En ce qui concerne le certificat bancaire, j’imagine qu’ils veulent s’assurer que vous ayez le budget nécessaire permettant de vivre à Tokyo. Parce-qu’à part les frais scolaires, vous avez également votre logement et vos repas à payer, entre autres. C’est pourquoi, si vous voulez étudier au Japon, il va falloir mettre suffisamment de côté.

 

2. Quels sont les premiers documents à compléter ?

Suite à avoir envoyé votre dernier diplôme et votre certificat bancaire par email, vous allez devoir compléter, entre autres, le formulaire d’inscription que seule la personne sera en mesure de vous envoyer. Ce formulaire comprend plusieurs pages dont :

  • un formulaire d’inscription,
  • un CV,
  • une lettre de motivation,
  • un formulaire pour le garant.

Le formulaire d’inscription était écrit pour le coup en japonais et traduit en français, ce qui m’a permis de le compléter facilement. Cependant la personne m’a tout de même fourni une notice me permettant d’obtenir une aide supplémentaire pour compléter le formulaire. Toutefois, je ne sais pas si c’est partout la même chose dans les écoles de langue au Japon mais le japonais avec lequel j’ai pu échanger m’a aidé à corriger le peu d’erreurs que j’avais commis dans le formulaire d’inscription jusqu’à ce que ce dernier soit nickel.

J’ajouterais un point plus ou moins important : dans le formulaire d’inscription on vous demandera le numéro de votre passeport. Bien entendu, assurez-vous que celui-ci soit encore valide ou tout bêtement que vous en ayez un. Parce-que en ce qui me concerne, lorsque j’ai remarqué que je devais mettre le numéro du passeport, à ce moment-là je n’avais pas encore de passeport ! Je n’en avais jamais fait. C’est pourquoi je me suis empressé de le faire pour pouvoir obtenir son numéro. A ce propos, si vous n’avez pas de passeport, je vous invite à lire mon article sur « Comment préparer son passeport ? » pour tout savoir sur la création de votre premier passeport.

Le CV retrace dans sa globalité votre parcours scolaire, vos expériences professionnelles, les écoles de langues japonaises que vous avez déjà faites et tous les voyages que vous avez eus au Japon.

En ce qui concerne maintenant la lettre motivation, il s’agit donc de vos motivations à étudier au Japon. Et notez bien cela, l’immigration japonaise veut s’assurer que le visa étudiant reste avant tout un visa « d’étude » et non de travail. C’est-à-dire que vous devez éviter de parler de projets de vie ou de travail au Japon. Assurez-vous de parler uniquement de projets d’études en adéquation avec le visa que vous demandez. Et cela concerne également toutes les autres parties.

Enfin pour le formulaire du garant, une personne de votre famille (père ou mère) doit remplir ce formulaire. Bien qu’au début vous ayez fournis votre propre certificat bancaire, l’école veut s’assurer (au cas où) qu’un membre de votre famille sera en mesure de vous aider en cas de pépin.

Dans ces quelques documents, vous pouvez également mettre votre photo et signer là où on vous le demande mais je pense que pour cette première ébauche ce n’est pas très important car ces 4 premiers documents seront avant tout envoyés par email afin d’être vérifiés. Et comme vous le saviez, jusqu’à maintenant il n’est pas encore possible d’envoyer une signature authentique par email. La photo et les signatures seront donc à ajouter lorsque vous scannerez vos 4 documents pour les envoyer par voie postale mais on en reparlera dans la partie 4.

 

3. Quels sont les autres documents à fournir ?

Les 4 documents énoncés précédemment seront traduit par l’école qui les enverra à l’immigration japonaise.
Maintenant, nous allons parler de nouveaux documents que vous devriez envoyer tout d’abord par email à l’école pour qu’elle puisse les vérifier. En voici la liste :

  • Acte de naissance (original),
  • Dernier diplôme (photocopie),
  • Attestation de travail du garant (originale),
  • Certificat bancaire issue du compte du garant, prouvant une autonomie financière d’au moins 16 000 € (original daté et signé par l’établissement en question),
  • Photocopie du passeport.

Après validation de vos documents par l’école, vous seriez en mesure de les envoyer par voie postale.

 

4. Envoie du dossier

Si les 3 premières étapes se faisaient par email, c’était pour s’assurer que vous étiez en possession des documents demandés ou que ceux-ci soient correctement complétés. Puis si tout était bon, vous seriez en mesure de tout envoyer par voie postale.
Faisons un récapitulatif des documents à mettre dans votre enveloppe :

  • Formulaire d’inscription (daté et signé),
  • CV (daté et signé),
  • Lettre de motivation (signée),
  • Acte de naissance (original),
  • Dernier diplôme (photocopie),
  • Attestation de travail du garant (original),
  • Certificat bancaire prouvant la somme minimale de 16 000 € sur votre compte ainsi que sur le compte du garant (original tamponnée et signée par l’établissement bancaire concerné),
  • 5 photos d’identités (originales),
  • Photocopie du passeport.

L’école vous fournira donc l’adresse de l’école pour que vous envoyiez le contenu de tout votre dossier par voie postale et en lettre recommandée.
Toutefois si vous êtes encore étudiant en école de langue en France ou que vous travaillez dans une entreprise, des documents supplémentaires seront également à envoyer suite à validation par email de l’école :

  • Certificat de travail pour les salariés,
  • Certificat de votre école de japonais en France,
  • Certificat de votre diplôme du « Nihongo Noryoku Shiken ».

Une fois le dossier reçu, l’école s’engage à traduire et présenter celui-ci dans les meilleures dispositions à l’immigration japonaise.

 

5. Envoie d’un acompte

Suite à l’envoie de votre dossier, l’école vous demandera toutefois, un acompte de 30 000 yens avant toute traduction du dossier et présentation de celui-ci aux services d’immigration japonaise.

Cette somme serait bien entendu déduite du tarif final en cas d’obtention du visa ou restituée à l’étudiant en cas de refus de l’immigration.

Cependant, en cas d’annulation des démarches par l’étudiant lui-même (et ce quel qu’en soit la raison), l’administration se réserverait le droit de conserver cet acompte.

Il conviendrait ainsi de bien réfléchir avant de lancer définitivement une démarche de demande de visa étudiant, alors faites bien attention.

L’envoie de l’acompte a pu facilement s’effectuer par Paypal.com qui permet automatiquement de convertir la somme en yen en euro. N’hésitez pas ensuite de vous assurer que votre acompte a bien été reçu par l’école.

 

6. Règlement des frais de scolarité

Pendant tous les échanges que vous aurez avec l’école pour préparer votre dossier, vous aurez des dates à respecter. L’école sera en mesure de vous les communiquer afin d’envoyer tels ou tels documents ou de suivre telles ou telles procédures. En prenant exemple sur les étapes précédentes, l’envoie du formulaire d’inscription par email devait se faire début août 2017 et l’envoie du dossier complet devait se faire quant à lui avant le 15 novembre 2017.

Et généralement la réponse finale, celle qui confirmera ou refusera votre dossier, interviendra dans les 3 mois suivants de la date limite de présentation des dossiers. C’est-à-dire, 3 mois après le mois de novembre.

Je peux vous assurer que ces 3 mois ont été rudement long ! Grosse attente et long stresse ! Je commençais vraiment à perdre motivation et espoir. Aller au Japon, ça allait être pour moi une première et pas seulement, ça aurait été surtout la réalisation d’un rêve ! J’avais tellement peur de ne pas être retenu que je commençais à réfléchir à mes nouveaux plans dans le cas où je devais rester en France : chercher un travail, chercher un appartement etc.

Mais c’est avec joie que le 23 février 2018, j’ai pu recevoir par email la confirmation de l’école par l’immigration japonaise ! A ce moment-là, j’ai soufflé. La pression est retombée à zéro. Puis je me suis rendu compte de toutes les nouvelles étapes que je devais accomplir ou que j’allais pouvoir réaliser. Comme si j’avais « level up » et que les nouvelles quêtes et les récompenses s’affichaient.

Une fois la réponse connue, j’avais un mois pour envoyer les frais de scolarité par virement bancaire pour recevoir le « Certificate of Eligibility », un document indispensable pour retirer son visa étudiant auprès de l’ambassade ou du consulat du Japon (en France).

Pour gagner du temps, sans même avoir obtenu la confirmation par l’immigration japonaise, j’ai demandé les coordonnées bancaires de la banque de l’école pour créer un nouveau bénéficiaire en ligne avec ma banque. Parce-que généralement la création d’un nouveau bénéficiaire peu prendre un peu de temps. Si votre banque le permet, il faut que vous fassiez un « virement international » en sélectionnant votre bénéficiaire. Le virement international est obligatoire sinon vous ne pourrez pas envoyer les frais de scolarité à votre école. Au Japon, ils ne possèdent pas de numéro IBAN, ce qui ne permet pas de faire un simple virement bancaire.

Une fois que le virement bancaire est établi, assurez-vous que le montant a bien été reçu car ce n’est pas une petite somme d’argent. C’est toujours rassurant de savoir que sa réponse est arrivée à destination.

 

7. Demande et réception du visa étudiant

C’est donc 3 jours plus tard que j’ai pu recevoir la confirmation de la bonne réception du virement bancaire par l’école. Je vous cache pas que pendant ces 3 jours, j’avais le stresse qui montait en moi. C’était la première fois que je faisais un virement à l’international alors j’espérais vraiment que ce dernier fut bien réceptionné.
En général, le virement international peut prendre entre 3 et 10 jours selon les banques françaises.

Suite à cela, l’école était donc autorisée à m’envoyer le COE « Certificate of Eligibility » à mon domicile. L’école m’a également envoyé une liste de documents (et oui encore et encore des documents ^^) que je devais fournir à l’ambassade japonaise (ou au consulat) en France pour faire ma demande de visa.

La demande de visa étudiant doit contenir les éléments suivants :

  • L’original du « Certificate of Eligibility » (COE) accompagné de sa photocopie recto-verso.
  • Passeport en cours de validité (non biométrique accepté).
  • Titre de séjour (sauf membres de l’Union Européenne) accompagné de sa photocopie recto-verso.
  • 1 formulaire de demande de visa (les signatures figurant sur le passeport et le formulaire doivent être uniformes)
    AVANT de compléter le formulaire de demande de visa, je vous recommande vivement de lire attentivement le modèle explicatif sur les photos ci-dessous.
    En cas de doute sur la façon de compléter ce formulaire, veuillez laisser libre les champs concernés et vous adresser directement au préposé des visas au moment du dépôt de votre demande.
  • 1 photographie d’identité (de bonne qualité datant de moins de 6 mois) à coller sur le formulaire.
    format: 35mm X 45mm (ne pas tenir compte des dimensions mentionnées sur le formulaire)
    Les photographies d’identité scannées /imprimées via une imprimante ne sont pas acceptées.
    Elles doivent laisser apparaître la tête entière.
Télécharger gratuitement : Le formulaire de demande de visa

 

Le formulaire doit uniquement être écrit en anglais et peut être écrit de façon manuscrite ou dactylographiée.

Le formulaire de demande de visa se complète rapidement. Je me suis donc ensuite rendu à l’ambassade japonaise à Paris et j’ai pu tout fournir sans problème. La personne au guichet vous donnera alors un récépissé que vous deviez apporté le jour où vous récupérerez votre visa étudiant ! La demande de fabrication du visa étudiant est payante et vous coûtera 25€ alors pensez également à avoir cette somme en liquide le jour où vous viendrez retirer votre visa étudiant.

 

Vous serez en possession du visa étudiant et vous pourrez étudier au Japon ! 😉

 

Sources :

Se rendre à l’ambassade japonaise à Paris : lien du site
Comment avoir un compte Spotify Premium au Japon

Comment avoir un compte Spotify Premium au Japon

Spotify est un service musical grâce à un logiciel installé sur votre ordinateur ou à son application installée sur votre mobile. Il est possible de parcourir un catalogue de fichiers musicaux selon les artistes, les albums et plus encore que vous aimez. Spotify est une merveille pour écouter un nombre incalculable de chansons n’importe où. Ce service est gratuit pour une utilisation limitée et payante pour une utilisation illimitée selon l’abonnement premium que vous avez choisi.

Depuis que je suis au Japon, mes habitudes ont changé et pour continuer à écouter de la musique, j’ai décidé d’utiliser Spotify pour la première fois. Honnêtement, j’ai utilisé Spotify gratuitement pendant 2 semaines mais les nombreuses publicités et le fait de ne pas pouvoir choisir ses chansons m’ont rapidement poussé à me tourner vers l’achat d’un abonnement Premium.

Pour se faire, il est tout à fait possible de payer son abonnement Premium grâce à une carte bancaire japonaise si vous en possédez une. Dans le cas contraire, vous pouvez également payer avec une autre carte bancaire à condition que sur votre profil Spotify, vous ayez sélectionné le pays par lequel vous souhaitez faire votre achat et que celui-ci corresponde à votre carte bancaire. C’est-à-dire que, si vous créez un compte Spotify pour la première fois au Japon, seul le pays « Japon » sera disponible dans votre profil et vous seriez forcés d’utiliser une carte bancaire japonaise.

En conclusion, on se retrouve rapidement embêté voire même déçu si vous pensiez profiter d’un abonnement Premium tel que cela la été pour moi. Heureusement, au Japon et grâce à son avancé technologique, il est possible d’acheter un compte Spotify Premium d’une manière, autre que la carte bancaire. C’est pourquoi dans cet article, je vais expliquer minutieusement la façon dont faut-il se prendre pour acheter un abonnement Spotify Premium au Japon.

 Étapes à suivre :

1. Créer un compte Spotify

2. S’abonner à un compte Spotify Premium

2.1. Mode de paiement

2.2. Type d’abonnement

2.3. Lieu du paiement

2.4. Préparation de votre commande

2.5. Paiement

1. Créer un compte Spotify

Un compte Spotify peut être créé sur un ordinateur comme sur un mobile.

Pour cela, rendez-vous à l’adresse suivante : S’inscrire sur Spotify

 

Un détail inquiétant…
Si vous êtes donc au Japon et que vous créez votre premier compte, alors Spotify va détecter le pays dans lequel vous vous situez et l’affichera sur votre profil personnel. Et cela est un détail important pour la suite car vous ne pourrez malheureusement payer que par carte bancaire japonaise, ou en espèce au Japon.
Lorsque j’ai créé pour la première fois mon compte Spotify, je me situais au Japon. Pour acheter un abonnement Spotify Premium, j’ai commencé à entrer mes données via ma carte bancaire française mais Spotify m’a clairement indiqué que les données de ma carte ne correspondaient pas au pays dans lequel je me situais.
Je me suis donc rendu sur mon profil personnel pour sélectionner le pays « France » mais je n’ai pas pu. Tout simplement parce-que j’utilise Spotify au Japon. Pour que je puisse sélectionner « France », il faut que je me connecte sur mon compte Spotify depuis la France. Je vous l’accorde, c’est très embêtant.

Pas d’inquiétude, il existe une solution !

« Mais si j’ai déjà un compte Spotify ? »

Bien entendu, si vous avez déjà créé un compte Spotify en France et que vous voulez acheter un abonnement Spotify Premium depuis le Japon, alors vous pourrez sélectionner « France » sur votre profil personnel et payer avec votre carte bancaire française.

2. S’abonner à un compte Spotify Premium

2.1. Mode de paiement

Pour la suite des étapes à suivre, il sera préférable d’utiliser uniquement votre mobile car il vous sera indispensable pour compléter les démarches de paiement pour un abonnement premium.

En cliquant sur le bouton « S’abonner à Spotify Premium », vous accéderez à la page de démarrage de Spotify Premium.

  • Photo 1 : Cette page vous détaille l’abonnement et vous invite juste en-dessous à payer votre compte Spotify Premium grâce à différents modes de paiement. Si votre carte bancaire japonaise vous permet d’acheter en ligne, le problème ne se pose plus pour vous. Sinon, d’autres modes de paiement vous sont proposés.
  • Photo 2 : Cette page vous donne un aperçu des différents modes de paiement. Si vous êtes embêtez par votre carte bancaire, je vous invite à choisir l’image avec les conbinis (Family Mart, Lawson, etc.) pour un paiement en espèce.
  • Photo 3 : En choisissant le mode de paiement en espèce, on vous demande de confirmer votre choix.

2.2. Type d’abonnement

Maintenant que vous avez choisi votre mode de paiement, on vous demandera de choisir votre type d’abonnement à Spotify Premium.

  • Photo 1 : Vous avez le choix parmi les 3 abonnements suivants :
    • 1 mois prépayé(s) : 980 Yens,
    • 3 mois prépayé(s) : 2 940 Yens,
    • 6 mois prépayé(s) : 5 880 Yens.

    En ce qui me concerne, j’avais choisi « 3 mois prépayé(s) » pour commencer. Ensuite, il vous suffira de cliquer sur le bouton vert « Continuer » pour passer à la suite.

  • Photo 2 : La page suivante contient un formulaire avec 4 champs de saisies de données :
    • champ 1 : Veuillez entrer votre nom de famille,
    • champ 2 : Veuillez entrer votre prénom,
    • champ 3 : Veuillez entrer votre numéro de téléphone (10 à 11 caractères),
    • champ 4 : Veuillez entrer votre adresse email.
  • Photo 3 : Après avoir validé vos données personnelles, vous trouverez sur la page suivante un récapitulatif de votre commande.

 

2.3. Lieu du paiement

En poursuivant toujours sur votre mobile, on vous proposera une liste de différents combini et vous devriez choisir l’un d’entre eux. Une fois que c’est fait, je vous invite à vous rendre dans le combini que vous avez choisi.

Pendant la manipulation, j’avais choisi « Family Mart » et je m’y étais rendu. A partir de ce moment-là, les étapes à suivre ne sont pas évidentes à comprendre, c’est pourquoi (toujours sur l’application) vous y trouverez un mode d’utilisation. Mais croyez-moi, même avec ce mode d’utilisation, j’ai réussi à me tromper car tout est écrit en japonais et vous serez certainement seul pour y parvenir.

« Du coup, que faut-il faire ? »
  • Photo 1 : Ici, il s’agit donc d’un exemple pour « Family Mart ». En vous rendant sur place, vous trouverez une machine verte comme sur la photo. Si vous avez choisi un autre combini, la machine sera sûrement d’une autre couleur.
  • Photo 2 : Si vous avez déjà croisé cette machine dans un combini, vous connaissez à présent son utilisation. Veuillez cliquer sur le bouton encadré en rouge sur la photo.
  • Photo 3 : Sur la page suivante, cliquez encore sur fois sur l’espace encadré en rouge comme sur la photo. Enfin, vous devriez cliquer sur un gros bouton bleu pour valider.

 

2.4. Préparation de votre commande

Lorsque vous avez précédemment validé vos données personnelles, vous avez reçu à ce moment-là un message dans votre boîte mail personnelle. Vous y trouverez un message de Spotify avec un code.

  • Photo 1 : Vous trouverez un nouvel écran avec des caractères alphanumériques. Veuillez entrer uniquement votre numéro de téléphone mobile dans le champ de saisie de données. Puis validez.
  • Photo 2 : Le nouvel écran ressemble beaucoup au précédent. Cette fois-ci, entrez le code que vous avez reçu dans votre courrier par email. Puis validez.
  • Photo 3 : Sur le dernier écran, vous trouvez un récapitulatif de votre commande. Pour finaliser votre paiement, veuillez cliquez sur le bouton orange.

 

2.5. Paiement

Enfin, après tous ces efforts, la machine vous donnera un ticket que vous donnerez à la caisse du combini. Vous allez devoir payer la somme de l’abonnement Spotify Premium que vous avez choisi et le caissier vous fournira en échange une facture.

Quelques heures plus tard, votre abonnement Spotify Premium sera activé et vous pourriez profiter de toute la galerie musicale de Spotify ! 😀

Comment faire son passeport en France

Comment faire son passeport en France

J’écris ce premier article sur la préparation d’un passeport biométrique français car cela fait parti des documents à fournir si vous voulez voyager à l’étranger. J’ai fait la demande de mon premier passeport récemment alors j’en profite pour vous donner les meilleurs conseils.

Dans cet article je vous parle uniquement de la préparation du passeport biométrique pour une première demande et pour une personne majeure (ayant une carte d’identité française valide). Le passeport fait parti des documents à avoir si vous voulez partir hors Europe. Étant français, je parlerai uniquement du vol France-Japon qui est le thème de mon blog.

Pour aller au Japon, il va vous falloir obtenir un passeport. Il s’agit d’un document délivré par l’État qui permet de se déplacer à l’étranger.

La préparation du passeport se fait en premier lieu chez vous. Vous allez devoir vous fournir un certain nombre de documents pour établir votre passeport. Puis vous allez devoir vous rendre dans une Mairie (équipée) avec tous les documents demandés à la préparation de votre passeport.

Tout d’abord, veillez bien à ce que votre carte d’identité française soit valide. Si c’est le cas, vous allez devoir obtenir et compléter quelques documents.

 Documents à fournir :

1. Votre carte d’identité : original + photocopie

2. Une photo d’identité conforme aux normes

3. Numéro de pré-demande ou formulaire cerfa n°12100*02

4. Timbres fiscaux : 86 € (achat en ligne)

5. Justificatif du domicile : original + photocopie

Pour vous organiser correctement, je vous conseille de mettre tous vos documents dans une pochette pour être sûr que vous ayez tout avant de vous rendre en Mairie.

 

1. La carte d’identité

Vous devez photocopier votre carte d’identité que ce soit en noir et blanc ou en couleur, il n’y a pas de préférences. Pour ma part je les avais photocopié en noir et blanc. Pensez aussi à avoir votre carte d’identité originale lorsque vous vous rendrez à la Mairie.

 

2. La photo d’identité

Si vous n’en avez pas, vous devez faire une photo d’identité dans une cabine photomaton ou il est aussi possible de la faire par un photographe professionnel.

De plus, on vous demandera souvent une photo qui soit « conforme aux normes ». Bien entendu lorsque vous prenez votre photo, évitez :

  • de porter un chapeau,
  • de porter une paire de lunette épaisse ou dont le verre cache les yeux,
  • de montrer tout objet comme les montres,
  • ne souriez pas,
  • ne fermez pas les yeux,
  • cadrez votre visage en face de l’objectif.

Vous trouverez des cabines photomaton en gare ou dans des centres commerciaux.

 

3. Numéro de pré-demande ou formulaire cerfa n°12100*02

Parfois, quand vous faîtes la demande d’un document administratif, il vous arrivera de tomber sur des informations confuses voire pas claires (tel que ça l’a été pour moi lors de cette étape). J’avais commencé par compléter le formulaire cerfa car il n’y a avait aucune information au sujet du numéro de pré-demande lorsque je préparais mon passeport. C’est seulement après avoir rempli mon formulaire cerfa que j’ai appris que la demande du numéro de pré-demande était plus généralisée aujourd’hui.. Du coup, j’ai aussi fait ma demande du numéro de pré-demande et je me suis rendu compte que les informations demandées était identiques à celles demandées pour le formulaire cerfa. C’est pourquoi, je vais vous parler en détails de la demande du numéro de pré-demande et du formulaire cerfa.

 

3-1 Demande du numéro de pré-demande

Vous vous demandez certainement, quelle est la différence entre la demande du numéro de pré-demande et le formulaire cerfa si ces deux choses demandent les mêmes informations ? Alors notez bien ceci, vous ne pourrez pas faire de demande de numéro de pré-demande tant que vous n’aurez pas acheté votre timbre fiscal (voir étape n°4). Ce que je vous propose, c’est d’acheter votre timbre fiscal puis de revenir ici pour lire la suite sinon je vous invite à lire le petit « chapitre 3-2 » concernant le formulaire cerfa.

Après avoir acheté votre timbre fiscal, vous allez pouvoir faire votre demande de numéro de pré-demande. Pour cela vous devez :

Inscrivez-vous sur le site ANTS à cette adresse : https://ants.gouv.fr/monespace/s-inscrire
  1. Rendez-vous dans la rubrique « Mon Espace » (bouton situé en haut à droite) puis cliquez sur « Passeport » dans le menu du haut et cliquez ensuite sur « Réaliser une prédemande passeport et/ou CNI majeure »,
  2. Remplissez le formulaire pour la demande du numéro de pré-demande. Lors d’une des 7 étapes, on vous demandera votre numéro de timbre fiscal.

Une fois que votre formulaire est rempli, vous allez recevoir un email contenant votre numéro de pré-demande ainsi que le récapitulatif de la pré-demande du passeport. Vous allez devoir imprimer ce récapitulatif et l’apporter lorsque vous vous rendrez à votre Mairie.

 

3-2 Formulaire cerfa n°12100*02

Dans le cas où vous n’avez pas encore acheté votre timbre fiscal, vous allez pouvoir remplir en ligne votre formulaire cerfa. Pour obtenir ce document, il vous suffit juste de taper sur internet « formulaire cerfa n°12100 ». Je l’avais téléchargé sur le site Comment ça marche. Faites attention à remplir les parties qui vous sont demandées. Une fois rempli, vous pouvez l’apporter à votre Mairie. Pour ma part, comme j’avais pas bien compris la différence entre les deux documents (numéro de pré-demande et formulaire cerfa), j’avais rempli les deux. Mais la personne qui m’a reçu en Mairie a uniquement retenue le récapitulatif de la pré-demande du passeport.

 

 

4. Les timbres fiscaux

Bien qu’il y ait écrit « des timbres fiscaux » au pluriel, sachez qu’il ne s’agit que d’un seul timbre fiscal. De plus, vous entendrez souvent dire « le passeport coûte cher ». Bon bien entendu, ce n’est pas le passeport en lui-même que vous allez payer. Il s’agit uniquement du timbre fiscal. Il n’y a que ça que vous devez acheter pour préparer votre passeport. Mais bon, bien qu’il n’y ait que ça, c’est quand même 86€ le timbre fiscal.

Pour acheter votre timbre en ligne, rendez-vous à cette adresse : https://timbres.impots.gouv.fr/index.jsp

Puis vous devez :

Étape 1 : choix du timbre
  • Sur la page 1, cliquez sur « acheter un timbre électronique », puis cliquez sur « Débuter l’achat ».
  • Sur la 2ème page, cliquez sur « Passeport » (je crois qu’on est là pour ça ^^).
  • Sur la 3ème page, choisissez « En France (sauf Guyane) » pour déposer votre dossier. Puis cliquez sur « Vous fournissez la photo d’identité » et enfin « Une personne majeure : 86,00 € » si vous avez au moins 18 ans. Je rappelle que j’écris cet article dans le cas d’une personne majeure. Cliquez sur « Ajouter au panier »
Étape 2 : validation du panier

Ici, vous avez un récapitulatif. Si vous avez un doute, vous pouvez revenir en arrière.

Étape 3 : paiement

Valdez votre achat si tout vous semble ok.

Étape 4 : enregistrement

Vous pouvez recevoir votre facture et enregistrer votre timbre fiscal. Votre timbre fiscal est un QR Code.

 

5. Le justificatif de domicile

Il peut s’agir d’une facture. Demandez-en une à vos parents pour prouver que vous vivez bien chez eux. Ensuite, vous devez photocopier la facture et apporter également l’originale lorsque vous vous rendrez à la Mairie.

 

Voilà pour ce qui est des documents à fournir. Vérifiez bien que vous les avez tous.

Ensuite, vous devez vous rendre à n’importe quelle Mairie à condition qu’elle soit équipée d’une station d’enregistrement. Oui, il y a certaine Mairie qui ne sont pas en mesure de créer votre passeport. Pour le savoir, rendez-vous à l’adresse suivante : https://passeport.ants.gouv.fr/Services-associes/Ou-faire-ma-demande-de-passeport-CNI

Pour connaître les Mairies en mesure de faire votre passeport, vous devez remplir le formulaire de la manière suivante :

  • Cliquez sur « Dans votre département » (les 3 première cases vont se griser),
  • Choisissez votre département,
  • Choisissez « Agréé procédure passeport » et en cliquant sur « Rechercher », vous pourrez voir la liste des Mairie près de chez vous en mesure de créer votre passeport.

 

Dès que possible, prenez rendez-vous avec votre Mairie. Parce-que généralement, ils sont occupés très rapidement… Les disponibilités varient en fonction des saisons. Pendant les vacances d’été, n’espérez pas avoir un rendez-vous. Vous imaginez bien que les vacanciers préparent leur passeport dès que possible alors ils prennent rendez-vous avec leur Mairie le plus tôt possible, voire 6 mois à l’avance.

A l’époque, j’avais pris rendez-vous dans une Mairie et il n’y avait pas de disponibilité avant 4 mois ! Lorsque je préparais mon dossier pour le passeport, en même temps je préparais aussi mon dossier pour m’inscrire dans une école japonaise au Japon. Et dans le dossier d’inscription pour l’école japonaise, il était demandé le numéro de passeport avant 4 mois.. (comme par hasard). Du coup, j’ai rappelé la Mairie pour leur demander s’il était possible de déplacer le rendez-vous plus tôt car pour le coup, j’étais plus qu’embêté. Et vous savez quoi ? Pour avoir de la chance j’en ai eu ! Une personne a certainement dû se désister car j’ai pu prendre rendez-vous et au bout de 1 semaine en plus. J’ai juste eu de la chance. Ne comptez pas sur la chance, prenez rendez-vous avec votre Mairie très tôt.

 

Ensuite, le jour du rendez-vous. La femme a pu récupérer tous les documents que j’ai fourni. Il ne manquait rien. Lorsque vous serez en Mairie, la personne vous demandera vos empreintes digitales et avant de partir, elle vous donnera un récépissé de demande de passeport biométrique contenant entre autres, votre numéro de votre demande de passeport.

Enfin, au bout de 3 semaines (courte durée de souvenir), vous allez recevoir un SMS sur votre téléphone vous indiquant que votre passeport est prêt. Vous serez mis au courant grâce au numéro de téléphone que vous aurez fourni dans le formulaire de numéro de pré-demande ou dans le formulaire cerfa. Une fois que vous receviez le message par SMS, allez dans la Mairie sans prendre rendez-vous et pensez à venir avec votre récipissé qui contient le numéro de votre demande de passeport. Une fois sur place, la personne vous demandera à nouveau vos empreintes digitales et votre carte d’identité (l’originale).

 

Vous serez en possession de votre premier passeport ! 😉

 

 

Sources :

 

Bilan de 6 mois en école de japonais au Japon

Bilan de 6 mois en école de japonais au Japon

Cela fait maintenant 6 mois que je réside au Japon à Tokyo et que j’apprends la langue japonaise dans une école. Si je vous écrit ce nouvel article c’est parce-que aujourd’hui j’ai senti une réelle progression dans mon utilisation du japonais. Et je peux vous dire qu’elle est très satisfaisante !

Cet article va non seulement faire un point sur ma progression entre le moment où je suis arrivé au Japon et aujourd’hui. Mais il va aussi permettre à toutes les personnes débutantes en langue japonaise ou curieuses de savoir à partir de quel moment il vous sera possible de parler japonais.

 

1. Mes débuts à l’école Toshin Language School

Je suis donc arrivé au Japon à Tokyo fin mars 2018 et j’ai commencé les cours de japonais à l’école « Toshin Language School » au mois d’avril 2018. En arrivant au Japon, j’avais des bases en japonais que j’avais acquis par mes propres moyens en France à l’aide de quelques applications mobiles comme « Obenkyo », « JA Sensei » (freemium) et « Takoboto » ainsi que de la fameuse série de livres de manuels scolaires « Minna no Nihongo » (débutant niveau 1). Je connaissais tous mes hiragana, katakana et mes kanji de niveau 5.

Le premier jour à l’école au Japon était un jour de test afin de nous classer par niveau. Je ne vous cache pas que j’ai été un peu déçu lorsque j’ai appris que j’allais être dans une classe de débutant. Après quelques semaines, je me suis rendu compte que la classe dans laquelle je me situais correspondait parfaitement à mon niveau. J’imagine que chaque école de japonais a sa propre organisation de classes et avec un peu de recul, je pense que l’école Toshin est bien organisée. Il y a plusieurs niveaux de classes de débutants, intermédiaires et avancés. Chacun de ces niveaux contient des sous classes (par exemple : des intermédiaires entre les niveaux). Cela peut être un peu compliqué au début mais c’est une bonne façon d’indiquer qu’elle est votre niveau de façon très exacte.

En se rendant dans une école de japonais au Japon, les projets de chacun sont différents. Pour ma part, j’avais (et j’ai toujours) pour objectif d’améliorer mon japonais afin de communiquer dans la vie de tous les jours mais aussi pour trouver du travail après mes études. A l’école, tous les 3 mois, vous passez un examen sur deux jours pour 4 matières : kanji & vocabulaire, grammaire, compréhension écrite et compréhension orale (CD). Vous devez obtenir 60 points minimum par matière et si jamais vous n’avez pas cette moyenne, vous repasser la matière en question au rattrapage. Puis si vous réussissez, vous grimpez en classe supérieure.

En plus de ces examens à l’école, je passais l’examen national « JLPT ». L’école Toshin vous aide à vous inscrire et à payer les frais. Ensuite vous vous rendez à l’examen du JLPT le jour J (hors école).

En résumé, j’étudiais le japonais pour réussir à la fois mes examens à l’école mais aussi pour réussir le JLPT.

 

2. Mes débuts en japonais en dehors de l’école

Si il y a bien une chose que vous allez faire au Japon lors de votre arrivé, c’est bien de profiter de la vie. Vous allez faire des connaissances, sortir avec des amis, restaurant, bar, centre de jeux, et j’en passe.

Dès mon arrivé au Japon, quand je commençais à sortir seul, je parlais en anglais ou j’essayais d’utiliser des mots en japonais. Mais ce n’était pas toujours aussi simple car le soucis c’est que les japonais ne savent pas tous parler anglais. Du coup, très souvent, il m’arrivait de vouloir dire des choses que je ne pouvais simplement pas dire. Et je peux vous dire qu’il n’y a rien de plus frustrant car vous passez à côté de nombreuses opportunités.

Je me rappelle également d’une soirée que j’avais passé avec des amis français (qui eux savaient parler japonais) avec des japonais et d’autres nationalités étrangères. Mon niveau d’anglais n’était pas non plus excellent. En résumé, j’essayais plus de comprendre ce que les personnes disaient que je ne parlais. Encore une fois, même si la soirée était bonne, j’étais frustré de ne pas parler japonais avec les quelques japonais.

A ce moment-là, mes échanges en japonais ne tenaient même pas une minute. C’était une période à la fois superbe pour la découverte du Japon mais également frustrante pour la communication avec les japonais.

Je pouvais uniquement parler japonais avec les autres étudiants de ma classe car nous apprenions tous la mêmes choses avec le même niveau.

 

3. 5 mois plus tard au Japon

Pendant les 4 premiers mois, mon niveau de japonais s’améliorait de jour en jour. Comme j’allais à l’école tous les jours, du lundi au vendredi et de 13h à 16h30 en pratiquant l’écrit comme l’oral, je progressais. Chaque jour, le professeur vous donne des devoirs à faire pour le jour suivant et en plus des devoirs je révisais mon japonais.

Au même rythme que l’école, plus j’apprenais et plus je pratiquais à l’extérieur.

Et un jour, vous allez vous surprendre ! C’est à ce moment-là que ça devient intéressant.

En ce qui me concerne, c’est après 5 mois que j’ai pu enfin tenir des conversations de plus de 10 minutes en japonais. Dit comme cela, ça semble peu mais quand vous repensez à vos premiers jours, ça vous semblera beaucoup.

Je m’étais rendu au restaurant avec un coréen de ma sharehouse qui parlait japonais et j’ai pu échanger en japonais avec lui pendant toute la soirée. En soit, le contenu de la conversation ne sera pas pertinent mais il y aura un échange. Vous pourrez comprendre et vous faire comprendre. Et il n’y a rien plus réconfortant.

 

4. 6 mois au Japon

A présent, ça fait 6 mois que je suis au Japon et je me sens beaucoup plus à l’aise en langue japonaise. Bien entendu, mon niveau n’est pas encore parfait et j’ai encore énormément à apprendre mais je peux créer un échange conversationnel et rencontrer de nouvelles personnes en parlant japonais.

Je continue d’apprendre à l’école, en faisant mes devoirs, en révisant mon japonais. Je fais de plus en plus de connaissances et je m’efforce de rencontrer des japonais pour améliorer mon niveau.

Tellement que je suis fier de ma progression, je ferais le nécessaire pour que mon niveau soit encore meilleur pour les 6 prochains mois.

 

5. Conclusion

Si il y a bien une chose à savoir et qui m’a permis d’en arriver là, c’est qu’il ne faut pas abandonner même si vous allez rencontrer des moments difficiles. Il faut persévérer, ne jamais abandonner.

J’ai commencé à tenir des conversations après 5 mois mais bien entendu, mon cas ne sera pas le même pour quiconque qui apprend le japonais. Tout dépend de votre implication dans votre apprentissage. Honnêtement, sans apprendre le japonais avant de venir au Japon et en étudiant le japonais dans une école au Japon, je pense qu’il est possible d’avoir mon niveau actuel après 3-4 mois.

Ce qui m’a également réconforté, c’est mon niveau d’anglais. Bien que j’apprenais l’anglais en France dans toutes mes classes, mon niveau était limité. Au Japon, j’ai plus utilisé l’anglais que le japonais et du coup ça m’a également permis de progresser en anglais.

Au début, j’avais tendance à me dire que j’étais pas fait pour les langues vivantes. Je me suis rendu au Japon dans le but d’apprendre le japonais pour un objectif professionnel sans me dire « je suis mauvais en anglais alors je serais mauvais en japonais ». Finalement aujourd’hui, je me rend compte que je ne suis pas si mauvais en langues vivantes et c’est même encourageant pour la suite.

Passer l’examen de langue japonaise « JLPT » au Japon

Passer l’examen de langue japonaise « JLPT » au Japon

Vous êtes étudiant en langue japonaise dans le but de travailler un jour plus tard au Japon ou tout simplement car cette langue vous intéresse. Sachez qu’un jour, si vous souhaitez mettre toutes les chances de votre côté en décrochant un travail par le biais d’un entretien d’embauche, vous allez soit devoir prouver que vous maîtrisez le japonais soit que vous détenez un des niveaux du JLPT.
Le passage du JLPT « Japanese Language Proficiency Test » est un examen pour la langue japonaise constitué de 3 parties : la grammaire/vocabulaire, la compréhension écrite et la compréhension orale (écoute d’un CD audio). Cet examen est un QCM, il faut choisir une seule réponse parmi les quatre proposées.

Il existe exactement 5 niveaux de JLPT (JLPT5 à JLPT1) où le JLPT de niveau 5 est le niveau le plus faible et le JLPT de niveau 1 le plus fort. Vous l’imaginez donc certainement, vous aurez plus de chance d’obtenir un travail intéressant en ayant le JLPT d’un niveau fort. Cet examen a lieu deux fois par an au Japon (aux mois de juillet et décembre).

Cela faisait un moment que j’apprenais le japonais et un jour à l’école au Japon, le professeur a demandé qui était intéressé pour passer le JLPT. Nous étions les seuls deux français à vouloir le passer. Le professeur s’approcha et nous demanda lequel nous voulions passer ? Sans que nous puissions répondre, le professeur ajouta : « Essayez le JLPT3, pour le challenge… ». Pour être honnête, mon objectif était d’obtenir le JLPT de niveau 2 qui m’ouvrirait pas mal de portes pour le travail. Mais à ce moment-là, je valais tout juste un niveau 4.. Alors j’ai répondu : « Allez, pour le challenge ! ».

Je ne suis vraiment pas défaitiste mais en ayant 1 mois devant moi pour apprendre quelque chose comme 300 kanji avant de passer le JLPT3, je savais d’avance que mes chances de réussite étaient proche de zéro. Dans cet examen, bien entendu, vous ne devez pas uniquement connaître les kanji. Vous avez également la grammaire, le vocabulaire etc. Mais généralement, si vous ne savez pas lire les kanji, vous avez peu de chance de comprendre la composition des phrases. C’est pourquoi nous parlons souvent de l’apprentissage des kanji pour le passage du JLPT.

Le jour J à Shibuya , j’étais en train d’attendre dans une grande salle, l’ouverture des portes parmi tant d’autres étudiants (étrangers pour la plupart).

Une fois les portes ouvertes, nous devions trouver notre siège parmi les quelques 1 000 places disposées dans la grande salle. Puis nous devions attendre à peu près 30 minutes avant le début de l’examen. Pendant ces 30 minutes, je voyais des personnes stressées (ce qui est normal). Pour une fois et même pour la première fois je n’étais pas angoissé. J’étais prêt à passer mon premier examen que je n’avais pas révisé. Autant vous dire que j’étais serein pour accomplir mon échec. Mais ma motivation était toujours présente. Bien que j’avais peu de chance de réussir cet examen, j’avais gardé espoir de le réussir par chance. Même dans les moments les plus critiques, je garde toujours une lueur d’espoir.

Avant le début de l’examen et comme partout, on vous donne les consignes :

  • Tout d’abord, les téléphones portables ou tout autre appareil numérique devaient être déposés dans un sac plastique (qu’on vous fourni sur place). Histoire de, si pendant l’examen tu veux utiliser ton téléphone, que tu fasse un maximum de bruit en le sortant du sac plastique (pas bête !).
  • Il était également interdit d’avoir sa bouteille d’eau posée sur la table. On sait jamais, qui sait, peut-être que quelqu’un avait pensé à écrire les 300 kanji sur le papier de la bouteille avec toutes les traductions « on-yomi » et « kun-yomi » sans oublier chaque significations en français.
  • Enfin, il ne fallait pas que ta gomme possède le petit carton autour. Autant je comprends qu’il est possible de tricher avec sa bouteille d’eau mais le petit carton de sa gomme, j’ai dû mal à le croire.
  • Si on vous reprend à 2 reprises pour tentative de triche, vous êtes éliminés (sanction après un carton jaune puis un rouge).

L’examen débute. Je vais pas vous mentir, je pense avoir réussi la première question de l’examen où le but était de reconnaître la bonne écriture du kanji. Bon malheureusement, la question 1 était la seule question où j’étais certain d’avoir bon. En fait pendant cet examen, tout était inversé pour une fois. Je n’avais pas appris, ni révisé, je ne réfléchissais pas plus de 3 secondes avant de choisir une réponse et surtout je finissais avant tout le monde ! Chose totalement improbable quand j’ai appris mon cours.

Lorsque j’avais fini avant tous les autres étudiants, je les regardais, tous l’air concentré. A ma gauche, une personne s’agitait pas mal et manque de chance pour elle, car à 1 minute de la fin de la première partie de l’examen, cette personne a reçu un carton jaune !

Enfin tout cela pour dire qu’il faut se préparer avant de passer le JLPT. Ce fut une expérience. A présent je sais comment se déroule l’examen du JLPT et j’espère que vous l’obtiendrez aussi 🙂 .