Le visa étudiant au Japon

Le visa étudiant au Japon

Si aujourd’hui je suis en mesure de vous écrire un article pour la demande d’un visa étudiant au Japon, c’est parce-que à l’heure où j’écris cet article, j’ai envoyé mon premier dossier d’inscription dans une école de langue à Tokyo et que ce dernier a été validé par les autorités japonaises. J’ai donc conscience de toutes les démarches à entreprendre pour valider son dossier auprès de l’école et de l’immigration japonaise.

Bien qu’il existe une tripotée d’école de langue japonaise au Japon, je suppose que les procédures à entreprendre et les documents à réunir sont les mêmes dans chaque école car l’étape finale concerne la validation du dossier auprès de l’immigration japonaise qui vérifie si le dossier contient les informations demandées par l’école.

Pour écrire cet article, je vais répondre à plusieurs questions dans un ordre chronologique pour vous permettre de comprendre facilement ce qu’il faut faire pour s’inscrire dans une école de langue japonaise au Japon.

 

1. Comment choisir son école de langue au Japon ?

Avant tout échange avec l’école, vous vous demandez peut-être quelle école vous devez choisir ? Personnellement, ce qui m’intéressait était de connaître :

  • le prix pour les frais de scolarité,
  • si des français avaient réussi leur JLPT (grâce à l’école dans laquelle ils ont étudié),
  • le lieu,
  • la date à laquelle je voulais commencer.

A partir de là, vous comparez les quelques écoles de langue japonaise au Japon. En ce qui concerne la date d’entrée, pour les écoles de langue au Japon, vous avez plusieurs sessions. Pour ma part, j’avais choisi la session d’avril 2018. Au Japon, la rentrée des classes se fait en avril, contrairement à nous en France où ça débute en septembre.

 

2. S’inscrire dans une école de langue au Japon

Une fois que j’avais choisi l’école qui m’intéressait, je me suis rendu sur le site web de l’école pour envoyer mon premier message en français via leur formulaire de contact en disant que j’étais intéressé par leur programme scolaire. C’est ensuite avec rapidité que j’ai pu recevoir le premier message d’une personne de l’administration de l’école. Mon interlocuteur était un japonais qui savait parler et écrire très correctement la langue française. Du coup, tous nos échanges par mails ont été écris en français.

A présent, afin de comprendre la suite des explications, je vais établir la liste des procédures à suivre pour préparer son dossier d’inscription jusqu’à réception du visa étudiant. Ces procédures sont à suivre dans l’ordre. Sans la première étape, vous ne pourrez pas accéder à la seconde car votre interlocuteur prendra le temps de valider chacun de vos documents étape par étape.

 

3. Comment faire sa demande visa étudiant au Japon ?

 

3.1 Les pré-requis pour étudier dans une école de langue au Japon

La demande de visa étudiant est ouverte à tous et se fait par dossier nécessitant au préalable 2 pré-requis.

« C’est tout ?! »

C’est peut-être peu mais encore faut-il les avoir. En effet, les 2 prés-requis dont vous aurez besoin avant tout sont :

  • un niveau d’étude minimum équivalent au baccalauréat,
  • un certificat bancaire prouvant la somme minimale de 16 000 € sur votre compte bancaire ou celui d’un garant (père ou mère).

Avec un peu de recul on peut comprendre leur point de vu. En ce qui concerne le certificat bancaire, j’imagine qu’ils veulent s’assurer que vous ayez le budget nécessaire permettant de vivre à Tokyo. Parce-qu’à part les frais scolaires, vous avez également votre logement et vos repas à payer, entre autres. C’est pourquoi, si vous voulez étudier au Japon, il va falloir mettre suffisamment de côté.

 

3.2 Les documents pour s’inscrire dans une école de langue au Japon

Suite à avoir envoyé votre dernier diplôme et votre certificat bancaire par email, vous allez devoir compléter, entre autres, le formulaire d’inscription que seule la personne sera en mesure de vous envoyer. Ce formulaire comprend plusieurs pages dont :

  • un formulaire d’inscription,
  • un CV,
  • une lettre de motivation,
  • un formulaire pour le garant.

Le formulaire d’inscription était écrit pour le coup en japonais et traduit en français, ce qui m’a permis de le compléter facilement. Cependant mon interlocuteur m’a tout de même fourni une notice me permettant d’obtenir une aide supplémentaire pour compléter le formulaire.

Toutefois, je ne sais pas si c’est partout la même chose dans les écoles de langue au Japon mais le japonais avec lequel j’ai pu échanger m’a aidé à corriger le peu d’erreurs que j’avais commis dans le formulaire d’inscription jusqu’à ce que ce dernier soit nickel.

J’ajouterais un point plus ou moins important : dans le formulaire d’inscription on vous demandera le numéro de votre passeport. Bien entendu, assurez-vous que celui-ci soit encore valide ou tout bêtement que vous en ayez un. Parce-que en ce qui me concerne, lorsque j’ai remarqué que je devais mettre le numéro du passeport, à ce moment-là je n’avais pas encore de passeport ! Je n’en avais jamais fait. C’est pourquoi je me suis empressé de le faire pour pouvoir obtenir son numéro. Donc si vous n’avez pas encore de passeport, je vous invite à lire l’article complet sur la préparation du passeport.

Le CV quant à lui retrace dans sa globalité votre parcours scolaire, vos expériences professionnelles, les écoles de langues japonaises que vous avez déjà faites et tous les voyages que vous avez eus au Japon.

En ce qui concerne maintenant la lettre motivation, il s’agit donc de vos motivations à étudier au Japon. Et notez bien cela, l’immigration japonaise veut s’assurer que le visa étudiant reste avant tout un visa « d’étude » et non de travail. C’est-à-dire que vous devez éviter de parler de projets de vie ou de travail au Japon. Assurez-vous de parler uniquement de projets d’études en adéquation avec le visa que vous demandez. Et cela concerne également toutes les autres parties.

Enfin pour le formulaire du garant, une personne de votre famille (père ou mère) doit remplir ce formulaire. Bien qu’au début vous ayez fournis votre propre certificat bancaire, l’école veut s’assurer (au cas où) qu’un membre de votre famille sera en mesure de vous aider en cas de pépin. Dans ces quelques documents, vous pouvez également mettre votre photo et signer là où on vous le demande mais je pense que pour cette première ébauche ce n’est pas très important car ces 4 premiers documents seront avant tout envoyés par email afin d’être vérifiés. Et comme vous le saviez, jusqu’à maintenant il n’est pas encore possible d’envoyer une signature authentique par email. La photo et les signatures seront donc à ajouter lorsque vous scannerez vos 4 documents pour les envoyer par voie postale mais on en reparlera dans la partie 3.4.

 

3.3 Des documents pour compléter son dossier d’inscription

Les 4 documents énoncés précédemment seront traduit par l’école qui les enverra à l’immigration japonaise. Maintenant, nous allons parler de nouveaux documents que vous devriez envoyer tout d’abord par email à l’école pour qu’elle puisse les vérifier. En voici la liste :

  • Acte de naissance (original),
  • Dernier diplôme (photocopie),
  • Attestation de travail du garant (originale),
  • Certificat bancaire issue du compte du garant, prouvant une autonomie financière d’au moins 16 000 € (original daté et signé par l’établissement en question),
  • Photocopie du passeport.

Après validation de vos documents par l’école, vous seriez en mesure de les envoyer par voie postale.

 

3.4 Envoie du dossier d’inscription

Si les 3 premières étapes se faisaient par email, c’était pour s’assurer que vous étiez en possession des documents demandés ou que ceux-ci soient correctement complétés. Puis si tout était bon, vous seriez en mesure de tout envoyer par voie postale. Faisons un récapitulatif des documents à mettre dans votre enveloppe :

  • Formulaire d’inscription (daté et signé),
  • CV (daté et signé),
  • Lettre de motivation (signée),
  • Acte de naissance (original),
  • Dernier diplôme (photocopie),
  • Attestation de travail du garant (original),
  • Certificat bancaire prouvant la somme minimale de 16 000 € sur votre compte ainsi que sur le compte du garant (original tamponnée et signée par l’établissement bancaire concerné),
  • 5 photos d’identités (originales),
  • Photocopie du passeport.

 

L’école vous fournira donc l’adresse de l’école pour que vous envoyiez le contenu de tout votre dossier par voie postale et en lettre recommandée. Toutefois si vous êtes encore étudiant en école de langue en France ou que vous travaillez dans une entreprise, des documents supplémentaires seront également à envoyer suite à validation par email de l’école :

  • Certificat de travail pour les salariés,
  • Certificat de votre école de japonais en France,
  • Certificat de votre diplôme du « Nihongo Noryoku Shiken ».

Une fois le dossier reçu, l’école s’engage à traduire et présenter celui-ci dans les meilleures dispositions à l’immigration japonaise.

 

3.5 Envoie d’un acompte compris dans les frais de scolarité

Suite à l’envoie de votre dossier, l’école vous demandera toutefois, un acompte de 30 000 yens avant toute traduction du dossier et présentation de celui-ci aux services d’immigration japonaise. Cette somme serait bien entendu déduite du tarif final en cas d’obtention du visa ou restituée à l’étudiant en cas de refus de l’immigration.

Cependant, en cas d’annulation des démarches par l’étudiant lui-même (et ce quel qu’en soit la raison), l’administration se réserverait le droit de conserver cet acompte. Il conviendrait ainsi de bien réfléchir avant de lancer définitivement une démarche de demande de visa étudiant. L’envoie de l’acompte a pu facilement s’effectuer par Paypal.com qui permet automatiquement de convertir la somme en yen en euro. N’hésitez pas ensuite de vous assurer que votre acompte a bien été reçu par l’école.

 

3.6 Règlement des frais de scolarité

Pendant tous les échanges que vous aurez avec l’école pour préparer votre dossier, vous aurez des dates à respecter. L’école sera en mesure de vous les communiquer afin d’envoyer tels ou tels documents en temps et en heure. En prenant exemple sur les étapes précédentes et en se basant sur une session prévue pour début avril, l’envoie du formulaire d’inscription par email devait se faire début août 2017 et l’envoie du dossier complet devait se faire quant à lui avant le 15 novembre 2017.

Généralement la réponse finale, celle qui confirmera ou refusera votre dossier, interviendra dans les 3 mois suivants de la date limite de présentation des dossiers. C’est-à-dire, 3 mois après le mois de novembre. Je peux vous assurer que ces 3 mois ont été long ! Longue attente et stresse au rendez-vous ! Je commençais vraiment à perdre motivation et espoir. Aller au Japon, ça allait être pour moi une première et pas seulement, ça aurait été surtout la réalisation d’un rêve ! J’avais tellement peur de ne pas être retenu que je commençais à réfléchir à mes nouveaux plans dans le cas où je devais rester en France : chercher un travail, chercher un appartement etc.

C’est avec joie que le 23 février 2018, j’ai pu recevoir par email la confirmation de l’école par l’immigration japonaise ! A ce moment-là, j’ai soufflé. La pression est retombée à zéro. Puis je me suis rendu compte de toutes les nouvelles étapes que je devais accomplir ou que j’allais pouvoir réaliser. Comme si j’avais « level up » et que les nouvelles quêtes et les récompenses s’affichaient sur le tableau de bord.

Une fois la réponse connue, j’avais un mois pour envoyer les frais de scolarité par virement bancaire pour recevoir le « Certificate of Eligibility », un document indispensable pour retirer son visa étudiant auprès de l’ambassade ou du consulat du Japon (en France). Pour gagner du temps, sans même avoir obtenu la confirmation par l’immigration japonaise, j’ai demandé les coordonnées bancaires de la banque de l’école pour créer un nouveau bénéficiaire en ligne avec ma banque. Parce-que généralement la création d’un nouveau bénéficiaire peu prendre un peu de temps. Si votre banque le permet, il faut que vous fassiez un « virement international » en sélectionnant votre bénéficiaire. Le virement international est obligatoire sinon vous ne pourrez pas envoyer les frais de scolarité à votre école. Au Japon, ils ne possèdent pas de numéro IBAN, ce qui ne permet pas de faire un simple virement bancaire.

Une fois que le virement bancaire est établi, assurez-vous que le montant a bien été reçu car ce n’est pas une petite somme d’argent. C’est toujours rassurant de savoir que sa réponse est arrivée à destination.

 

3.7 Demande et réception du visa étudiant

C’est donc 3 jours plus tard que j’ai pu recevoir la confirmation de la bonne réception du virement bancaire par l’école. C’était la première fois que je faisais un virement à l’international alors j’espérais vraiment que ce dernier fut bien réceptionné. En général, le virement international peut prendre entre 3 et 10 jours selon les banques françaises. Suite à cela, l’école était donc autorisée à m’envoyer le COE « Certificate of Eligibility » à mon domicile. L’école m’a également envoyé une liste de documents (et oui encore et encore des documents) que je devais fournir à l’ambassade japonaise (ou au consulat) en France pour faire ma demande de visa. La demande de visa étudiant doit contenir les éléments suivants :

  • L’original du « Certificate of Eligibility » (COE) accompagné de sa photocopie recto-verso.
  • Passeport en cours de validité (non biométrique accepté).
  • Titre de séjour (sauf membres de l’Union Européenne) accompagné de sa photocopie recto-verso.
  • 1 formulaire de demande de visa (les signatures figurant sur le passeport et le formulaire doivent être uniformes) AVANT de compléter le formulaire de demande de visa, je vous recommande vivement de lire attentivement le modèle explicatif sur les photos ci-dessous. En cas de doute sur la façon de compléter ce formulaire, veuillez laisser libre les champs concernés et vous adresser directement au préposé des visas au moment du dépôt de votre demande.
  • 1 photographie d’identité (de bonne qualité datant de moins de 6 mois) à coller sur le formulaire. format: 35mm X 45mm (ne pas tenir compte des dimensions mentionnées sur le formulaire) Les photographies d’identité scannées /imprimées via une imprimante ne sont pas acceptées. Elles doivent laisser apparaître la tête entière.

 

Télécharger gratuitement : Le formulaire de demande de visa

 

Le formulaire de demande de visa doit uniquement être écrit en anglais et peut être écrit de façon manuscrite ou dactylographiée. Le formulaire se complète rapidement. Je me suis donc ensuite rendu à l’ambassade japonaise à Paris et j’ai pu tout fournir sans problème. La personne au guichet vous donnera alors un récépissé que vous deviez apporté le jour où vous récupérerez votre visa étudiant ! La demande de fabrication du visa étudiant est payante et vous coûtera 25€ alors pensez également à avoir cette somme en liquide le jour où vous viendrez retirer votre visa étudiant. Ainsi, vous serez en possession du visa étudiant et vous pourrez étudier au Japon.

Se rendre à l’ambassade japonaise à Paris : lien du site

 

4. Que se passe-t-il après un an dans une école au Japon ?

Après avoir étudié un an au Japon, l’école vous demandera ce que vous souhaitez faire par la suite : si vous souhaitez poursuivre sur une deuxième année en visa étudiant ou si vous voulez arrêter en rentrant.

  • Dans le cas où vous décidez de rentrer dans votre pays, après avoir passé un an dans l’école au Japon, l’école vous donnera un certificat.
  • Dans le cas où vous souhaitez poursuivre sur une année supplémentaire, l’école ne vous donnera pas encore de certificat. Le certificat s’obtient donc à la fin de votre cursus scolaire. En poursuivant, l’école vous fournira de nouvelles informations concernant le renouvellement de votre visa étudiant.

 

5. Comment renouveler son visa étudiant ?

Tout d’abord, sachez que le visa étudiant au Japon peut se renouveler. Vous pouvez donc faire deux années (à la suite) en visa étudiant.

Il est tout à fait possible de changer d’école pour faire sa deuxième année en visa étudiant au Japon. Si vous décidez de changer d’école pour effectuer votre deuxième année en visa étudiant, vous allez devoir réunir à nouveau tous les documents qui vous ont été demandé lors de la première année pour compléter votre dossier d’inscription. Cependant, si vous restez dans la même école, on vous demandera uniquement les frais de scolarité pour la nouvelle année.

Comme vous le savez, votre carte de résidence atteindra à ce moment-là sa date d’expiration. C’est pourquoi l’école se chargera de donner votre carte de résidence à l’immigration japonaise qui s’occuperont de son renouvellement avec une nouvelle date d’expiration. L’école quant à elle, vous donnera un document qui remplacera provisoirement votre carte de résidence.

A présent, à l’aide de cet article complet, vous pouvez désormais vous inscrire dans une école au Japon, et si l’envie vous dit, poursuivre dans la même école avec un renouvellement du visa étudiant.

Ouvrir un compte bancaire au Japon à Shinsei Bank

Ouvrir un compte bancaire au Japon à Shinsei Bank

Au Pays du soleil levant, quand vous voyagez pendant une durée d’au moins 3 mois, il est nécessaire d’ouvrir un compte bancaire au Japon. D’une part, en faisant un important virement de votre compte bancaire français vers votre compte bancaire japonais, cela vous permettra de réduire les commissions de transfert. D’autre part, en ayant un travail à temps partiel, votre employeur vous demandera vos coordonnées bancaires afin de vous verser chaque mois votre salaire.

La création du compte bancaire est une étape difficile dans le processus d’une installation au Japon, mais ayant créé le mien, je suis en mesure de vous expliquer les procédures a effectuer pour ouvrir un compte bancaire au Japon.

Bien qu’il existe quelques banques au Japon, je vais vous parler de la création d’un compte bancaire à la Shinsei Bank.

 

1. La Shinsei Bank au Japon

La Shinsei Bank (銀行新生est une institution financière japonaise qui propose une gamme complète de produits et de services financiers aux clients institutionnels et aux particuliers.

Le siège social de la Shinsei Bank est situé à Tokyo et ses nombreuses agences bancaires sont situées dans les quartiers de la capitale à Shinjuku, Shibuya, Ikebukuro, Ginza, Shin-shimbashi mais aussi ailleurs au Japon comme à Nagoya, Osaka, Kobe ou encore Kyoto.

Pour ouvrir votre premier compte bancaire à la Shinsei Bank, il faut donc se rendre dans l’une de leur agence principalement présente dans la capitale. L’idéal est de se rendre dans l’agence la plus proche de chez vous.

 

2. Pré-requis pour ouvrir un compte bancaire à Shinsei Bank

La première fois que je me suis rendu dans l’agence Shinsei Bank située à Shinjuku, cela ne s’est pas passé comme je l’aurai espéré. En effet, pour ouvrir votre compte bancaire à la Shinsei Bank, il faut être en possession des pré-requis qui vous seront demandés.

    • Un niveau correct en anglais,
    • Une carte de résidence valide,
    • Un numéro de téléphone portable/fixe japonais,
    • Un identifiant My Number,
    • Une raison suffisante pour les convaincre d’ouvrir un compte bancaire chez eux (exemple : pour le travail).

 

En ce qui me concerne, lorsque je me suis rendu la première fois à Shinjuku pour ouvrir mon compte bancaire à la Shinsei Bank, je me suis fait rapidement recalé parce-que mon niveau d’anglais n’était pas à la hauteur des attentes de la femme qui m’avait reçu.

En arrivant au Japon la première fois, c’est vrai que mon niveau d’anglais n’était pas exceptionnel mais je savais quand même parler et comprendre un petit peu. La femme m’avait donné un document à lire concernant le système bancaire de la Shinsei Bank. J’ai lu assez rapidement le long document pour ne pas la faire patienter trop longtemps mais à ma grande surprise, j’ai compris juste après que ce qu’elle voulait surtout, c’était de tester mon niveau d’anglais. Je n’avais encore jamais vu cela auparavant. Je n’ai rien contre les japonais qui parlent anglais mais j’ai clairement rien compris à ce qu’elle me racontait. La seule chose qu’elle m’a dit avant de me recaler est : « les américains savent parler anglais… ».

Après cela, des amis m’ont conseillé d’aller à la Shinsei Bank située à la gare de Tokyo, où j’ai été bien accueilli. En une semaine, mon niveau d’anglais n’a pas évolué mais cela ne m’a pas du tout empêché d’ouvrir mon compte bancaire à la Shinsei Bank de Tokyo Station.

 

3. Comment ouvrir un compte bancaire à la Shinsei Bank

3.1 Ouvrir un compte bancaire en agence

En vous rendant la première fois dans l’une des agences de la Shinsei Bank, vous expliquerez la raison pour laquelle vous souhaitez ouvrir un compte bancaire chez eux. Une personne de l’accueil s’occupera directement de vous en vous posant des questions simples :

    • « Pourquoi voulez-vous ouvrir un compte bancaire ? »
    • « Quel est votre statut actuel au Japon ? »
    • « Quel est votre numéro My Number ? »
    • « Avez-vous un numéro de téléphone japonais ? »

 

Avant de vous rendre en agence, vérifiez vraiment que vous avez les pré-requis exigés afin de créer votre compte bancaire directement. Ensuite, à l’aide d’une tablette tactile, je devais remplir un formulaire pour créer mon compte bancaire. Les informations demandées dans ce formulaire sont les suivantes :

 

Quand vous avez complété le formulaire, la personne vous demandera votre carte de résidence et elle l’a prendra en photo avec sa tablette tactile. Après un léger temps d’attente, afin qu’ils récupèrent mes informations personnelles, j’ai pu créer en moins d’une heure mon compte bancaire et obtenir ma carte bancaire japonaise chez Shinsei Bank. En créant votre compte bancaire à la Shinsei Bank, vous obtenez :

    • Une carte bancaire de débit (Cash Card),
    • Un compte bancaire que vous pouvez gérer en ligne,
    • Un RIB,
    • Un courrier par la poste avec vos identifiants personnels (mots de passe),
    • Une carte qui vous permet de vous identifier en ligne lors de la connexion à votre compte (Security Code Card).

 

3.2 Ouvrir un compte bancaire en ligne

C’est en ayant ouvert mon compte bancaire dans une agence physique que j’ai ensuite découvert qu’il était possible d’en ouvrir un en ligne. Je me suis rendu compte que les procédures étaient les mêmes qu’en banque physique.

Et là, je repense à la fois où je me suis fait refouler à la Shinsei Bank de Shinjuku. Pour quelle raison un bon niveau d’anglais était-ce important si nous pouvions ouvrir notre compte bancaire en ligne ? C’est paradoxal.

A ce jour, le service de création de compte bancaire en ligne à la Shinsei Bank est toujours actif, alors que ce soit dans une agence bancaire ou en ligne, vous pouvez créer votre compte bancaire (en ayant bien évidemment les pré-requis demandés).

Pour créer votre compte bancaire à la Shinsei Bank en ligne, vous devez :

    • Remplir un formulaire de demande d’ouverture de compte bancaire (toutes les explications détaillées sont présentes sur le formulaire),
    • Fournir une copie de votre carte de résidence valide,
    • Fournir une copie originale d’une facture d’électricité (si vous êtes en appartement) ou une facture de votre abonnement téléphonique au Japon.
    • Envoyez par courrier les 3 documents précédents dans une enveloppe à l’adresse suivante :
      • Meguro Production Center
        Shinsei Bank
        Arco Tower,
        8-1 Shimomeguro 1-chome,
        Meguro-ku, Tokyo 153-8511

 

Une semaine plus tard, vous recevrez par courrier, une enveloppe avec votre carte bancaire de débit (Cash Card), une carte d’identification pour vous connecter à votre compte en ligne (Security Code Card), ainsi que vos mots de passe pour vous connecter à votre compte en ligne.

Lorsque vous aurez de l’argent sur votre compte bancaire japonais, vous pourrez à l’aide de votre carte de débit, retirer de l’argent dans tous les ATM du Japon.

 

4. Comment faire des achats en ligne

Jusqu’à maintenant, nous avons appris à ouvrir un compte bancaire japonais à la Shinsei Bank et ainsi nous avons pu obtenir notre première carte bancaire. Comme je le disais précédemment, votre cash card vous permettra uniquement de retirer de l’argent dans les ATM. C’est-à-dire qu’il vous sera impossible de faire des achats sur internet ou payer vos courses au supermarché.

Contrairement à notre système bancaire français, au Japon vous aurez une carte de débit vous permettant de retirer de l’argent ainsi qu’une carte de crédit pour dépenser sur internet et en magasin.

A la Shinsei Bank, il est possible de faire une demande de carte de crédit (Gaica) sur leur site internet ou directement à l’agence bancaire. Pour obtenir votre carte de crédit Gaica, vous devez :

    • Vous connecter à votre compte bancaire en ligne,
    • Faire une demande de carte Gaica,
    • Vous inscrire sur le site internet APLUS, un service en ligne qui travaille avec la Shinsei Bank et qui vous fournira une carte Gaica,
    • Confirmer votre inscription via le lien que vous recevrez par email,
    • Ainsi vous recevrez par courrier, votre première carte de crédit Gaica.

 

Après avoir reçu votre carte de crédit Gaica, vous devrez l’activer pour pouvoir l’utiliser. Pour activer votre carte de crédit Gaica, vous devez :

    • Vous connecter à votre compte APLUS,
    • Vous rendre dans l’onglet « Activer »,
    • Entrer les informations présentes sur votre carte Gaica,
    • Valider vos informations pour activer votre carte de crédit Gaica.

 

Ainsi, vous aurez en votre possession, un compte bancaire japonais à la Shinsei Bank avec une carte de débit et une carte de crédit Gaica pour faire vos achats en magasin et en ligne sur internet.

 

image newsletter

Rejoignez les autres abonnés

Recevez les dernières informations détaillées du Great Tourist Nizuka

Apprendre le japonais
Apprenez les bases fondamentales du japonais

Apprendre le japonais 

PUBLICITÉ

Carte de transport au Japon avec la Suica

Carte de transport au Japon avec la Suica

En arrivant au Japon pour la première fois, parmi les difficultés que vous allez rencontrer, nous avons celle qui concerne directement les transports en commun. Après être arrivé à l’aéroport de Narita, vous rejoindrez Tokyo à l’aide d’un premier ticket spécial pour le « Narita Express ». Mais en arrivant par l’aéroport de Haneda, vous pourriez acheter directement une des cartes les plus utilisées telles que les cartes « Suica » ou « Pasmo ».

Bien qu’il est possible de se déplacer à Tokyo à l’aide des cartes « Suica » et « Pasmo », nous achetons de préférence l’une ou l’autre en fonction des lignes de trains que nous utilisons. En effet, chaque ligne appartient à certaines compagnies ferroviaires.

Dans ce nouvel article, je vous parlerai en particulier de la carte Suica que j’ai utilisé pendant un an au Japon, même si l’utilisation des cartes Suica et Pasmo est identique.

 

1. La carte Suica

La carte Suica a été créée par la compagnie JR East, une société japonaise de transport ferroviaire assurant le service dans la moitié nord de l’île de Honshū. La carte Suica est le nom d’une carte à puce prépayée qui vous permet d’utiliser la plupart des trains à Tokyo mais également le métro, le bus et le monorail.
Carte Suica

C’est une carte que vous pouvez recharger vous-même dès qu’elle atteint sa limite d’utilisation. En effet, la carte est débitée à chaque passage de borne sur vos trajets. Au Japon, vous payez à la distance, plus vous allez loin et plus vous payerez plus cher.

 

2. Acheter la carte Suica

En vous rendant la première fois dans une gare à Tokyo, vous trouverez différentes bornes de tickets de trains vous permettant soit d’acheter vos tickets ou carte de transport, mais aussi de recharger votre carte de transport.

Il est possible de mettre chaque borne en anglais et ainsi acheter votre carte Suica (ou Pasmo). Pour acheter votre première carte Suica vous devez payer en espèce et procédez aux étapes suivantes :

  • premier écran : cliquer sur « Purchase new Suica »,
  • deuxième écran : cliquer sur « Suica new purchase »,
  • troisième écran : cliquer sur le montant que vous voulez déposer sur votre carte Suica. Vous pouvez commencer avec ¥1000 (yens) et tmettre jusqu’à ¥10 000 (yens).
  • quatrième écran : insérer la somme que vous avez choisie précédemment. Sur le même écran, vous pouvez demander un reçu.
  • Vous recevez ainsi votre première carte Suica avec le montant que vous lui avez assigné.

NB : une caution de ¥500 (yens) sera automatiquement prélevée sur le premier montant que vous aurez versé (celui-ci vous sera restitué moins ¥220 (yens) lors de la restitution de la carte).

 

3. Recharger la carte Suica

La carte Suica (ou Pasmo) peut être rechargée dans toutes les gares de Tokyo. Si vous restez longtemps à Tokyo, vous remarquerez rapidement qu’il y a plusieurs types de bornes. Certaines bornes de tickets vous permettront de recharger uniquement votre carte de transport et d’autres vous permettront à la fois de recharger votre carte mais aussi d’en acheter.

Parmi les bornes où vous pourriez acheter votre carte Suica, vous vous apercevrez que des bornes sont plus anciennes que d’autres. En effet, les anciennes bornes de tickets ont été renouvelées par de nouvelles dans certaines gares de Tokyo. Mais l’utilisation entre les anciennes et les nouvelles reste identique.

Pour recharger votre carte Suica (ou Pasmo), vous devez :

  • Déposer votre carte sur l’espace vide situé en bas à droite pour les nouvelles bornes (sur les anciennes il faut juste insérer la carte dans la borne),
  • La machine affichera les différents montants allant de ¥1000 (yens) à ¥10 000 (yens) avec lesquels il est possible de recharger votre carte,
  • Sur l’écran suivant, la borne affichera votre montant actuel sur votre carte ainsi que le montant que vous avez précédemment sélectionné,
  • Ensuite, vous devez insérer le montant que vous avez choisi pour recharger votre carte.
  • Après 5 secondes d’attente, votre carte sera rechargée.

Recharger la carte suica

Nouvelle borne de tickets de trains à Tokyo depuis 2019

 

Légende :

  • Rectangle bleu : dépôt de la carte pour la recharger
  • Rectangle orange : affichage du montant sélectionné pour la recharge de la carte
  • Cercle rouge : annuler toutes les actions en revenant à l’écran d’accueil.
  • Rectangle jaune : dépôt de l’argent en espèce pour recharger la carte.

 

4. Où utiliser la carte Suica ?

Bien que la carte Suica soit une carte prépayée pour les transports en commun dans la capitale du Japon, elle peut également être utilisée dans différents endroits. En effet, la carte Suica (ou même la carte Pasmo) a la possibilité d’être utilisée telle une carte bancaire. En plus des bornes de passage, vous pouvez aussi l’utiliser dans les endroits suivants (bien que la liste ne soit pas exhaustive) :

  • distributeur automatique de boissons et de nourritures,
  • dans les game center,
  • dans les konbini tels que Seven-Eleven, Family Mart ou encore Lawson.

Et bien entendu, dès que votre carte est épuisée, vous pouvez la recharger dans toutes les gares.

 

5. Comment restituer la carte Suica ?

Après votre séjour au Japon, si vous ne voulez pas garder votre carte Suica, il est possible de la restituer. En revanche, si vous décidez de la garder comme souvenir, sachez qu’elle sera encore utilisable pendant 10 ans.

Concernant la restitution de la carte Suica :

  • Vous devez rendre la carte Suica uniquement dans les bureaux appartenant à la JR East présents dans la plupart des gares de Tokyo,
  • Vous récupérez votre caution de ¥500 (yens) ainsi que votre solde restant (moins ¥220 (yens) de frais).
image newsletter

Rejoignez les autres abonnés

Recevez les dernières informations détaillées du Great Tourist Nizuka

Apprendre le japonais
Apprenez les bases fondamentales du japonais

Apprendre le japonais 

PUBLICITÉ

Apprendre le japonais avec le Minna no Nihongo

Apprendre le japonais avec le Minna no Nihongo

L’apprentissage de la langue japonaise est une activité qui demande beaucoup de temps et de persévérance avant de pouvoir la pratiquer couramment.

Pour bien débuter dans l’étude du japonais, il faut commencer par apprendre quelques bases. C’est pourquoi dans un précédent article, je vous avais initié à la langue japonaise de la manière la plus simple et détaillée possible pour que vous puissiez poursuivre votre apprentissage en autodidacte.

Et pour les plus courageux, pour aller plus loin dans votre étude, je vous avais proposé de suivre une formation plus concrète en achetant des livres scolaires. Si vous n’avez pas encore étudié les bases fondamentales du japonais, je vous invite à suivre l’initiation gratuite à l’adresse suivante :

Apprendre les bases du japonais sur : Initiez-vous au Japon – Par où commencer ?

 

Dans ce nouvel article je vais vous parler des livres du « Minna no Nihongo »,  manuels complets et universels pour toutes les personnes qui veulent apprendre le japonais.

1. Présentation du Minna no Nihongo

Le « Minna no Nihongo » est le nom d’une série d’ouvrages rédigés, pendant plus de trois ans, pour tous ceux qui apprennent pour la première fois la langue japonaise. Ces manuels sont complets car chaque livre propose de la grammaire et du vocabulaire, l’utilisation et la traduction des Kanji, ainsi que des livres d’exercices. Si ce livre connaît un grand succès c’est parce-qu’il a non seulement été écrit dans douze langues (anglais, français, chinois, vietnamien, etc.) afin d’aider les apprenants partout dans le monde, mais qu’il a également permis de renforcer les échanges sociaux entre le Japon et les pays étrangers.

Le Minna no Nihongo est un ouvrage universel et en accord avec la diversité des apprenants car il s’appuie sur des scènes de conversation et des personnages qui apparaissent dans celles-ci. Son contenu est riche en informations et bien étudié de façon à ce que tous les étudiants, quels que soient leur pays d’origine, puissent apprendre le japonais agréablement.

Aujourd’hui, cette série de livre a été utilisé pendant plus de dix ans par les apprenants de la langue japonaise. Elle a fortement été apprécié grâce à son contenu pédagogique, de la clarté de sa méthode d’apprentissage mais aussi de son universalité. Cela a permis un accroissement des échanges internationaux, sociaux mais aussi de « la langue japonaise » elle-même. C’est pourquoi, l’entreprise 3A Corporation a décidé de mettre à jour certain de ses ouvrages en vu d’apporter une plus grande contribution à l’enseignement de la langue japonaise,

 

2. Présentation des livres

Il existe un grand nombre de livres sur les Minna no Nihongo et il est parfois difficile de faire son premier choix. Ici je vous présente les principaux livres qui vous permettent de débuter en japonais et progresser jusqu’au niveau intermédiaire.

Ces livres se lisent dans un certain ordre en fonction de votre niveau en japonais. Si vous débutez, je vous suggère de commencer par le niveau débutant 1, de poursuivre avec le niveau débutant 2 et de continuer avec les niveaux intermédiaires.

A ce jour, seuls les livres des niveaux débutants 1 et 2 sont liés aux livres d’exercices et aux livres sur les Kanji.

 

2.1 Traduction & Notes grammaticales

 

  • Livres débutants 1 et 2, « La Traduction & les Notes grammaticales » :

Ces livres contiennent chacun 25 leçons et vous trouverez 6 pages par cours organisés de la façon suivante :

    • I. Pages 1 et 2 : Vocabulaire (mot écrit en : hiragana/katakana, kanji et traduit en français),
    • II. Pages 3 et 4 :
      • Traduction pour des structures-clés, des phrases-type et une conversation, (3)
      • Vocabulaire de référence et des informations supplémentaires. (4)
    • III. Pages 5 et 6 : Explications grammaticales.

 

  • Livres intermédiaires 1 et 2, « La Traduction & les Notes grammaticales » :

Ces livres contiennent chacun 12 leçons et vous trouverez 2 parties organisées de la façon suivante :

    • Livre intermédiaire 1 :
      • Partie 1 : Vocabulaire des leçons 1 à 12,
      • Partie 2 : Explications grammaticales des leçons 1 à 12.
    • Livre intermédiaire 2 :
      • Partie 1 : Vocabulaire des leçons 13 à 24,
      • Partie 2 : Explications grammaticales des leçons 13 à 24.

 

 

2.2 Exercices

 

  • Livres débutants 1 et 2, « Exercices » :

Ces livres d’exercices s’utilisent respectivement avec les livres « Traduction & Notes grammaticales » de niveaux débutants 1 et 2. C’est pourquoi, dans chaque livre d’exercices, vous trouverez des exercices pour les 25 leçons. Vous trouverez dans chaque livre d’exercices un CD afin de pratiquer votre écoute en japonais.

 

2.3 Kanji

 

  • Livres débutants 1 et 2, « Kanji » :

Ces livres de Kanji s’utilisent respectivement avec les livres « Traduction & Notes grammaticales » de niveaux débutants 1 et 2. C’est pourquoi, dans chaque livre de Kanji, vous trouverez de nombreux Kanji pour les 25 leçons. Vous apprenez à les écrire par ordre de traits et grâce à des phrases-types.

 

3. Acheter le Minna no Nihongo

Aujourd’hui, les livres du Minna no Nihongo sont incontournables et vous pouvez les acheter n’importe où, que ce soit en librairie (en France comme à l’étranger) et en ligne sur internet.

 

3.1 Où acheter le Minna no Nihongo ?

« Du coup, où me conseilles-tu d’acheter mes livres du Minna no Nihongo ? »

Alors je me souviens que la première fois où je me suis rendu à Paris pour les acheter dans une librairie, c’était fermé… J’y suis allé un autre jour pour les acheter. Quand je suis arrivé sur place, il y avait beaucoup trop de choix. J’ai finalement choisi plusieurs livres du Minna no Nihongo.

Quand on ne sait pas quoi choisir, on a tendance à en prendre plusieurs d’un coup. Ce que je vous conseille donc c’est plutôt d’acheter vos livres en ligne sur internet. Cela vous permet non seulement de prendre le temps de choisir mais aussi de pouvoir y trouver toutes les informations nécessaires avant l’achat.

« Et lequel dois-je acheter en premier ? »

Là vraiment, cela dépend de votre niveau actuel en japonais et de votre motivation. Comme je le disais un peu plus haut, si vous commencez à apprendre le japonais, il faut acheter les livres de niveaux débutants. Et en progressant vous achetez la suite. Pour apprendre le japonais, il faut être motivé et avoir les bons outils pour réussir son apprentissage.

Si vous comptez vraiment mettre toutes les chances de votre côté pour savoir parler le japonais le plus correctement et rapidement possible, la meilleure solution est de choisir le livre « Traduction & Notes grammaticales – Débutant 1 (en version française) » avec le livre « d’exercices – Débutant 1 » et le livre « des kanji – Débutant 1 ». Avec cela, vous aurez les mêmes supports que si vous étudiez dans une école.

Ensuite vous me direz, sur quel site en ligne vous pourriez les acheter ? Cette fois, je ne peux pas choisir à votre place. Cela dépend vraiment de vos préférences. En ce qui me concerne, j’ai toujours acheté sur le site de Amazon.com parce-que tous les produits que je recherchais y était et surtout, ce que je retiens le mieux, c’est que je reçois mes commandes très rapidement.

 

3.2 Choisissez le Minna no Nihongo selon votre niveau

Pour résumer tout cela, voici les livres que je vous conseille classés en fonction de votre niveau en japonais et de votre motivation à vouloir apprendre le japonais. Pour vous faciliter la tâche, je vous invite à cliquer simplement sur « Je suis intéressé(e) » situés sous les couvertures de livres avant de rejoindre la page de l’achat de votre livre.

  • Je suis débutant mais je suis très motivé pour réussir mon apprentissage du japonais : (Débutant 1)

 

  • J’ai fini les niveaux débutants 1, alors je veux apprendre la suite : (Débutant 2)

 

  • Je ne suis pas débutant : (Intermédiaire 1 et 2)

 

 

4. Ce que je pense du Minna no Nihongo…

Lorsque j’ai commencé à apprendre le japonais, j’utilisais des méthodes peu coûteuses on va dire, en utilisant des applications mobiles gratuites et en suivant des cours gratuits en ligne sur internet. Cela me permettait d’apprendre les bases du japonais mais un peu dans le désordre (des kanji par-ci, des leçons par-là).

Pour apprendre la langue japonaise, il existe de nombreux supports mais aussi de nombreux livres. Je n’ai pas seulement des livres du Minna no Nihongo, mais se sont les seuls livres que j’ai utilisé et terminé.

Cependant, ce qui me rassure, c’est le fait d’avoir découvert la série de livres du Minna no Nihongo assez rapidement. Après avoir fait des recherches sur ces livres, j’ai rapidement craqué et je les ai acheté. Ce qui m’a plus, c’est de voir à quel point ces livres sont si bien structurés. Cela explique le fait qu’une grande majorité des écoles au Japon utilisent ces livres pour enseigner la langue japonaise.

Aujourd’hui, je me rends compte que je n’ai pas mis longtemps avant de pouvoir écrire, lire et parler japonais grâce aux livres du Minna no Nihongo.

TOP 5 des Showroom automobiles à Tokyo

TOP 5 des Showroom automobiles à Tokyo

Au de-là des découvertes touristiques au Pays du Soleil Levant, en arrivant à Tokyo la première fois, j’ai particulièrement admiré l’automobile japonaise. En effet, j’ai été impressionné par le fait que les voitures au Japon soient aussi bien entretenues mais j’ai surtout été estomaqué par le nombre incalculable de voitures luxueuses et sportives que je pouvais croiser dans chaque rue de la capitale.

Le Japon apporte une grande contribution à l’économie du pays grâce au secteur de l’industrie automobile en détenant le plus gros chiffre d’affaire mondial avec l’entreprise Toyota en 2017.
Le marché japonais se tourne toujours vers les véhicules hybrides rechargeables et électriques avec les entreprises Toyota, Nissan, Honda et Mitsubishi.
Les Japonais sont de plus en plus séduits par les voitures étrangères et c’est pourquoi en allant au Japon, il est possible d’apercevoir en l’occurrence de nombreuses voitures allemandes.

Depuis de nombreuses années, l’automobile japonaise intéresse des amateurs du monde entier, notamment grâce au style de conduite des jeunes japonais. En effet, dans les années 70, des clans de motards japonais et d’automobilistes se livraient à la conduite dangereuse en se faisant remarquer, on les appelait les bôsôzoku. A cette même époque est né le Drift, une façon de faire glisser sa voiture et qui est maintenant reconnu comme étant une pratique sportive dans le monde de l’automobile.

Durant ces années, l’automobile au Japon s’est rapidement fait reconnaître et c’est pourquoi il est possible d’assister gratuitement à de nombreux rassemblements et showroom à Tokyo.

Dans ce nouvel article, je vais donc vous parler de 5 endroits où vous pourriez vous rendre lors de votre séjour au Japon en admirant de magnifiques voitures japonaises mais aussi du monde entier.

 

1. UDX Parking

UDX Parking

Lieu : UDX Parking à Akihabara
Adresse : 4 Chome-14-1 Sotokanda, Chiyoda City, Tokyo 101-0021

 

L’UDX est le nom d’un bâtiment situé à 2min à pieds de la gare de Akihabara. A première vue, il s’agit d’un bâtiment comme on peut en trouver partout à Tokyo mais s’il se fait souvent entendre, c’est en partie grâce à son parking souterrain. Bien que la plupart des bâtiments à Tokyo contiennent un parking automobile, celui de Akihabara est légèrement différent car il est possible d’y retrouver une grande concentration de voitures de sport.

Akihabara est célèbre pour ses très nombreuses boutiques d’électronique et pour les mangas qui s’y trouvent. Il est connu dans le monde sous le nom de Akihabara Electric Town. En vous rendant dans ce quartier, vous aurez la possibilité de découvrir de magnifiques voitures japonaises dans le parking UDX mais également en admirer dans certaines rues où les fans de l’automobile aiment se rassembler.

Encore une fois, si les voitures du Japon attirent des fans du monde entier, c’est grâce à leur style. Vous remarquerez rapidement que les voitures japonaises à Akihabara sont décorées d’autocollants de personnages fictifs d’anime, de manga ou de jeux vidéo. On les appelle les itasha.

L’UDX est un parking automobile ouvert à tous où il est possible d’y retrouver des voitures japonaises, comme des voitures américaines et européennes. L’UDX Parking organise même de temps en temps des événements pour les fans de l’automobile du Japon.

 

2. Ginza Place

Lieu : Showroom Nissan à Ginza

Adresse : 5 Chome-8-1 Ginza, Chuo City, Tokyo 104-0061

 

Ginza Place est le nom d’un bâtiment situé dans le quartier de Ginza. Vous distinguerez ce building dans le coin d’un carrefour grâce son design remarquable de couleur blanche. A l’intérieur de cet édifice se trouvent des restaurants et cafés très luxueux, dont une exposition de l’automobile Nissan.

Le showroom Nissan situé à Ginza propose deux espaces avec cinq véhicules exposés dont une simulation automobile et un café. Chaque année il est possible de découvrir de nouveaux concepts Nissan et si vous comptez retourner une deuxième fois dans cette exposition, sachez que les voitures changent de temps en temps.

Lorsque je m’y suis rendu la première fois, j’avais pu voir les voitures suivantes : Nissan VGT Concept, Nissan IDs Concept, Nissan GTR Nismo, Nissan Vmotion et une Nissan qui avait l’apparence d’un monospace. Alors que la deuxième fois que j’y suis retourné, j’ai pu découvrir de nouvelles voitures telles que : Nissan Leaf Nismo RC, la nouvelle Nissan GTR et une nouvelle Nissan type formule 1.

 

3. MegaWeb Toyota

History Garage

Lieu : History Garage à Odaiba

Adresse : 1 Chome-3-12 Aomi, Koto City, Tokyo 135-0064

 

Le MegaWeb Toyota est un parc gratuit à 3 thèmes situé dans le centre commercial Venus Fort à Odaiba :

  • History Garage : Dans ce musée, vous pouvez voir des voitures historiques Toyota et autres du monde entier. De plus, vous aurez la chance d’y découvrir un espace dédié à l’histoire du sport automobile. Un autre espace est consacré à la restauration d’anciennes voitures dans un studio de reproduction automobile. Enfin, un dernier espace vous plonge dans les années 80 avec de magnifiques anciennes voitures dans un décor rétro.

 

  • Toyota City Showcase : Le Toyota City Showcase présente les nouveaux modèles Toyota en avant première ainsi que tous les modèles Toyota actuel. Vous pouvez non seulement regarder les voitures exposées, mais vous pouvez également les tester en vous installant à l’intérieur. Un deuxième étage présente quelques technologies de la génération future, telles que les véhicules hybrides, la sécurité et l’environnement. Il est possible de profiter des quelques simulations en VR de Toyota. Un autre espace situé à l’extérieur permet de tester des modèles Toyota en les conduisant sur un parcourt de 1,3 Km.

 

  • Ride Studio : Enfin la dernière thématique du MegaWeb Toyota est consacrée à des tests automobiles de la marque Toyota où il vous sera possible de conduire des concepts car.

 

 

4. Daikoku Futo

Lieu : Daikoku Futo à Yokohama

Adresse : 15 Daikokufutō, Tsurumi-ku, Yokohama, Kanagawa 230-0054

 

Le Daikoku Futo est un grand parking situé à Yokohama dans la préfecture de Kanagawa. Si vous n’avez encore jamais parlé de ce parking, c’est le bon moment pour en prendre connaissance car il s’agit du plus grand site de rassemblement automobile du Japon. Le parking est difficilement accessible en transport en commun, c’est pourquoi dans le meilleur des cas, je vous recommande de louer une voiture pour vous y rendre. Cela vous sera moins coûteux qu’un taxi.

Autrefois, le Daikoku Futo était souvent considéré comme le lieu de rassemblement pour les courses de rue, mais cela est moins d’actualité depuis une forte présence des autorités policières. Néanmoins, le Daikoku Futo reste l’endroit où il vous sera possible d’admirer un très grand nombre de voitures japonaises mais également étrangères.

En week-end et pendant les saisons printanières et estivales, vous aurez la chance de découvrir de magnifiques voitures japonaises tout en échangeant avec des fans de l’automobile.

En cas de présence policière, sachez que vous ne serez pas les seuls embêtés. En effet, la plupart du temps, les japonais qui se rendaient initialement au Daikoku Futo, finissent par se rendre à un autre parking qui commence peu à peu à faire parler de lui. Il s’agit du Tatsumi PA.

 

5. Tatsumi PA

Lieu : Tatsumi PA à Tokyo

Adresse : 3 Chome-1-7 Tatsumi, Koto City, Tokyo 135-0053

 

Le Tatsumi PA est le nom de deux aires de repos assez proche l’une de l’autre où de nombreux fans de l’automobile se rendent en organisant des événements. Ces espaces routiers servent avant tout d’air de repos pour les automobilistes, c’est pourquoi il est possible de rester sur place pendant une durée de 45 min. Comme le Daikoku Futo, les forces de l’ordre s’y rendent également pour mettre fin à la forte concentration de bolides sportifs. Mais contrairement au Daikoku, le Tatsumi étant une air de repos, il ne peut pas être fermé.

Pour se rendre au Tatsumi PA, vous n’avez pas d’autres choix que de louer une voiture. Le parking se situe à 29,5 Km du Daikoku Futo et soyez sûr de vouloir vous y rendre car il vous faudra emprunter l’autoroute en passant par un péage (¥930).

 

En dehors de ces showrooms gratuit à Tokyo, vous aurez également la possibilité d’aller à des événements bien plus importants (payant) comme le salon de l’automobile à Tokyo ou encore les événements appartenant à la fanbase Stance Nation.

Figurine-jeux-concours

PRÊT POUR LE PROCHAIN JEUX CONCOURS ?

En vous abonnant, vous devenez au courant des nouveaux articles en exclusivité mais cela vous donne également une chance garantie de participer à tous les jeux concours !

 

Son Goku SSJ4 vous attend dans le prochain jeu concours

Merci, votre demande d'abonnement a été réussie !