Le vélo au Japon

Le vélo au Japon

Pratique, agréable et rentable, que ce soit pour profiter du temps ou vous faciliter les déplacements, faire du vélo au Japon vous fera le plus grand bien. En effet, vous constaterez que les japonais se déplacent très souvent à vélo et que les parkings à vélos sont tout le temps pleins.

En arrivant la première fois au Japon en visa étudiant, j’avais choisi une sharehouse à proximité de l’école de japonais dans laquelle j’allais étudier de façon à me faciliter la distance (25min à pieds). Mais honnêtement, comme j’appréhendais les périodes hivernales au Japon, j’avais décidé de m’acheter un vélo pour pouvoir me rendre à l’école plus rapidement et confortablement possible.

Contrairement à la France, un vélo au Japon s’immatricule comme les voitures et nombreux sont les contrôles et les réglementations.

Dans ce nouvel article, je vais donc vous aider à choisir votre vélo de façon à ce qu’il corresponde le mieux à vos attentes, que vous fassiez la meilleure affaire et que vous preniez connaissance de toutes les procédures à entreprendre pour l’immatriculer.

 

1. Quel vélo choisir au Japon ?

Au Japon, vous croiserez toutes sortes de vélos, qu’ils soient petits ou grands, avec ou sans panier et même qu’ils soient manuels ou électriques. Chaque vélo à son identité et son utilité, ce qui nous ferait craquer pour l’un ou l’autre. En arrivant à Tokyo la première fois, je savais quel genre de vélo je voulais exactement alors le choix fut rapidement fait. C’est alors que j’ai essayé de trouver le vélo adapté à mes goûts et à mon budget.

 

En vous promenant au Japon, vous remarquerez différents types de vélos :

    • Le vélo porteur enfants ou panier, autrement appelé « Mamachari » est sans aucun doute le vélo que vous verrez le plus de fois au Japon. Il s’agit du vélo japonais par excellence, très apprécié par les japonais depuis bien longtemps. Que vous ayez des enfants à récupérer à la maternelle ou les courses à faire en magasin, le Mamachari est de loin le plus multifonctionnel et il existe de différentes façons :
      • avec porteur pour enfant sur le guidon,
      • avec porteur pour enfant sur le guidon et à l’arrière du vélo,
      • avec panier à l’avant,
      • avec panier à l’avant et à l’arrière du vélo.
    • Le vélo pliant est un petit vélo simple qui a la possibilité de se plier. C’est celui que je possède personnellement. Il est très léger et ne possède pas de panier mais il peut se plier et s’emporter partout. Si vous avez pensé à l’emmener avec vous, je vous recommande d’acheter une housse pour le transporter plus facilement.
    • Le vélo mini à panier est encore plus petit que le vélo pliant, et contrairement à ce dernier, le vélo mini possède quant à lui un panier. Ce vélo est le plus léger que vous pourrez trouver et il vous permettra d’emporter vos courses grâce au panier positionné à l’avant du guidon.
    • Le vélo de course est grand et sans doute le plus rapide. Il est idéal si vous avez prévu de vous évader à travers les villes du Japon.
    • Le vélo cross est un vélo assez standard qui vous permet de vous déplacer rapidement ou vous promenant en ville comme en forêt.

Parmi tous ces vélos, les Mamachari (avec porteur enfant et panier) existent également en électrique. Mais bien entendu le coût ne sera pas le même. C’est pourquoi le choix de votre vélo aura son importance selon la durée de votre séjour au Japon.

 

2. Où acheter un vélo au Japon ?

Maintenant que vous avez une idée de votre vélo idéal, vous allez devoir le trouver et l’acheter. Pour cela, au Japon il existe de nombreux endroits pour acheter votre vélo. Comme partout, vous pouvez acheter un vélo en magasin dans les grandes enseignes tel que chez Bic Caméra ou des dans les magasins moins connus. Il est également possible d’acheter un vélo d’occasion grâce à des sites en ligne et plus incroyable encore, au Japon vous pouvez acheter des vélos recyclés.

 

2.1 Acheter un vélo en magasin dans les grandes enseignes

Bic Camera est un grand magasin d’électronique qui propose également la vente de vélos. Vous trouverez de nombreux et différents types de vélos.

 

Logo de Bic Camera

Logo de Bic Camera

 

En magasin dans les grandes enseignes au Japon, le prix d’un vélo neuf correspond au prix auquel coûte un vélo acheté en France par exemple. C’est-à-dire que dans un certain ordre, les vélos de courses seront les plus chers, les vélos de cross le seront un peu moins que ceux de courses, les plus petits vélos un peu moins chers encore et les mamachari quant à eux sont les moins chers parmi tous. Enfin tous les vélos électriques sont presque, voire plus chers que les vélos de courses.

 

2.2 Acheter un vélo en magasin dans les petites enseignes

Il existe des magasins consacrés uniquement à la vente de vélo au Japon. Vous les trouverez sûrement plus difficilement mais si vous en trouvez un, sachez que selon moi vous trouverez pas de meilleur endroit pour acheter votre vélo au Japon. En effet, les magasins de petites enseignes vendent des vélos neufs identiques à ceux que vous trouverez dans les grandes enseignes comme chez Bic Camera, mais qui vous coûteront beaucoup moins cher.

Lors de ma première année à Tokyo, je vivais à Higashinakano et en faisant quelques recherches, j’avais trouvé deux petites enseignes qui vendaient des vélos neufs. Je me suis donc rendu dans chacun des deux petits magasins à vélos, et j’ai comparé les vélos et les prix.

 

Magasin de vente de vélos au Japon

サイクルピット村田 – Petit magasin de vente de vélos à Higashinakano

 

Pour vous aider à trouver ce genre de petits magasins de vélos, vous pouvez vous rendre sur Google Map, et taper « サイクル » (traduit par « cycle ») suivi de la ville dans laquelle vous résidez. Bien que ces magasins soient petits, ils sont complets ! Vous pouvez acheter votre vélo, le faire immatriculer sur place, acheter de nombreux accessoires pour votre vélo et même regonfler vos pneus de vélo gratuitement grâce à une pompe en libre service.

 

2.3 Acheter un vélo d’occasion au Japon

Lorsque je recherchais un vélo au Japon, j’avais commencé par rechercher un vélo d’occasion car je ne voulais pas dépenser un prix faramineux. Craigslist est un site internet d’annonces où il est possible à la fois de trouver un emploi et même de trouver des produits d’occasion comme Leboncoin en France. Bien qu’il est possible d’acheter un vélo d’occasion sur Craigslist, les prix varient entre chaque vélo. C’est-à-dire que les vélos de courses par exemple, même s’ils sont d’occasion, seront toujours aussi chers pour la plupart.

Logo Craiglist

En comparant les quelques vélos qui m’intéressaient sur le site Craigslist, je me rendais compte que les vélos vendus dans les petites enseignes n’étaient pas beaucoup plus chers que ceux d’occasion. C’est ce qui m’a permis de faire mon choix définitif avant de me rendre dans le petit magasin de vélo à Higashinakano. C’est plus intéressant d’avoir un vélo neuf dont le prix n’est pas excessivement cher. Sachant que vous pourrez à votre tour le revendre sur Craigslist quand vous déciderez de rentrer en France.

 

2.4 Acheter un vélo recyclé au Japon

Enfin, ce qui m’a surpris le plus lors de ma recherche de vélo au Japon, c’est le fait de pouvoir acheter un vélo recyclé. En effet, les vélos usagés ou mis à l’abandon sont recyclés par des entreprises qui se chargent de les réparer et de les embellir pour les revendre.

 

 

Ici, vous aurez la chance d’acheter un vélo à prix cassé. Contrairement à un vélo d’occasion, vous ne vous ferez pas avoir. En effet, le vendeur pourra vous dire ce qui aura été cassé et réparé, il pourra tout vous dire sur la fiabilité du vélo. Au moins, s’il vous arrive un problème avec le vélo recyclé, vous serez prévenu. C’est plus rassurant que d’acheter son vélo d’occasion et découvrir des cassures petit à petit.

Pour vous aider à trouver un vélo recyclé, vous pouvez vous rendre sur Google map et taper « リサイクル自転車 » (traduit par recyclage de vélo). Une entreprise de recyclage est assez reconnu à Yoyogi, il s’agit de « Recycling Garden Yoyogi shop » qui remet également en vente tout autre type de produit.

 

3. Comment immatriculer un vélo au Japon ?

Au Japon, comme les véhicules routiers, vous devez immatriculer votre vélo pour vous déplacer légalement. Lorsque vous achetez votre vélo en magasin ou dans un centre de recyclage, le vendeur vous fera compléter un petit formulaire pour vous enregistrer. L’enregistrement permettra de retenir certaines informations sur votre identité et assignera un numéro d’immatriculation à votre vélo.

Les informations que vous devez fournir dans le formulaire d’enregistrement sont les suivantes :

    • Date du jour,
    • Prénom et nom (rômaji et katakana),
    • Adresse postale de votre lieu de résidence au Japon,
    • Code postale,
    • Numéro de téléphone japonais (si vous en avez un c’est mieux).

 

Le vendeur se chargera de compléter le formulaire en y ajoutant les informations suivantes :

    • Numéro d’immatriculation de votre vélo,
    • Type du vélo,
    • Couleur du vélo,
    • S’il s’agit d’un nouveau vélo ou d’un ré-enregistrement,
    • De l’endroit où le vélo a été acheté.

 

Pour terminer la procédure d’enregistrement, le vendeur vous fournira la facture de votre vélo ainsi qu’une copie du petit formulaire avec votre numéro d’immatriculation.

 

4. Réglementation et sécurité routière en vélo au Japon

La sécurité routière au Japon est toute aussi importante en voiture qu’en vélo, c’est pourquoi si vous faîtes du vélo vous allez devoir respecter certaines règles :

    • Il est interdit de faire du vélo en ayant consommé de l’alcool,
    • Il est interdit de faire du vélo en portant un parapluie à la main quand il pleut,
    • Il est interdit de parler au téléphone ou d’écouter de la musique en faisant du vélo,
    • Il est interdit de faire du vélo sans lumière la nuit ou dans les tunnels,
    • Rechargez ou réparez votre lumière de vélo si elle est endommagée,
    • Il est interdit de faire du vélo à deux sur un vélo avec une seule selle,
    • Il est interdit de freiner avec ses pieds,
    • Assurez-vous que votre vélo est en bon état pour se déplacer (serrage de selle à vélo, guidon, freins, pneus),
    • Assurez-vous que les freins de votre vélo soit sec s’il pleut,
    • Faîtes réparer votre vélo dès que celui-ci présente une anomalie,
    • Évitez de faire du vélo dangereusement, de manière trop rapide,
    • Évitez de faire du vélo en parallèle avec un autre vélo,
    • Évitez de faire du vélo si le chemin ne permet pas de faire du vélo facilement (trop de monde sur les trottoirs, montée difficile)
    • Évitez d’emporter votre vélo dans le train si vous ne pouvez pas le plier.

En faisant du vélo au Japon, même si vous avez respecté les réglementations routières, vous le droit à de nombreux contrôles. En effet, tel que cela l’a été pour moi, je me suis fait contrôler deux fois sur mon vélo alors que j’étais arrêté. La police veut tout simplement vérifier que le vélo vous appartient. C’est pourquoi le policier vous posera quelques questions comme « D’où vous venez ? » ou encore « Est-ce que ce vélo vous appartient ? ». Il sortira alors sa machine pour scanner votre numéro d’immatriculation pour savoir si le vélo vous appartient. Bien que vous êtes au Japon, il est fréquent de se faire voler au vélo.

 

5. Que faire si j’ai perdu mon vélo au Japon ?

Bien que le Japon est un pays où vous serez en sécurité, sachez qu’il est fort possible de voir son vélo disparaître. En effet, si vous ne respectez pas les quelques réglementations ou tout simplement que vous ne verrouillez pas votre vélo, vous pouvez perdre votre vélo.

Si vous avez perdu votre vélo, pas de panique ! Veuillez-vous rendre soit dans le « kôban » (poste de police) situé dans la ville dans laquelle vous avez laissé votre vélo la dernière fois ou dans la ville où vous résidez. Normalement peu importe le poste de police, ils auront le même matériel pour retrouver votre vélo.

 

Police au Japon

 

Pour retrouver votre vélo, veuillez donner votre numéro d’immatriculation de votre vélo aux policiers. Ces derniers se chargeront de trouver votre vélo grâce à son numéro d’immatriculation à l’endroit exacte où il se trouve lors de la recherche. La police vous donnera alors son emplacement et vous pourrez le récupérer.

Si vous le retrouvez à la fourrière, cela signifie que vous avez stationné votre vélo dans une zone non autorisée. Vous allez devoir payer une caution pour récupérer votre vélo à la fourrière.

Si vous ne le retrouvez pas, il n’y a pas trente mille solutions, une personne vous a volé votre vélo et a retiré votre numéro d’immatriculation. C’est pourquoi, pensez à verrouiller votre vélo même si vous êtes au Japon, car cela arrive également.

Le visa étudiant au Japon (Tout savoir)

Le visa étudiant au Japon (Tout savoir)

Voulez-vous mettre toutes les chances de votre côté ?

Profitez du Ebook pour obtenir votre visa étudiant directement

Si aujourd’hui je suis en mesure de vous écrire un article concernant la demande d’un visa étudiant au Japon, c’est parce-que à l’heure où j’écris cet article, j’ai envoyé mon premier dossier d’inscription dans une école de langue à Tokyo et que ce dernier a été validé par les autorités japonaises. Je connais donc toutes les démarches à entreprendre pour valider son dossier auprès de l’école et de l’immigration japonaise.

Bien qu’il existe beaucoup d’école de langue japonaise au Japon, je suppose que les procédures à entreprendre et les documents à réunir sont les mêmes dans chaque école car l’étape finale concerne la validation du dossier auprès de l’immigration japonaise qui vérifie si le dossier contient les informations demandées par l’école.

Pour écrire cet article, je vais répondre à plusieurs questions dans un ordre chronologique pour vous permettre de comprendre facilement ce qu’il faut faire pour s’inscrire dans une école de langue japonaise au Japon.

1. Comment choisir son école de langue au Japon ?

Avant tout échange avec l’école, vous vous demandez peut-être quelle école vous devez choisir ? Personnellement, ce qui m’intéressait était de connaître :

  • le prix pour les frais de scolarité,
  • si des français avaient réussi leur JLPT (grâce à l’école dans laquelle ils ont étudié),
  • le lieu,
  • la date à laquelle je voulais commencer.

A partir de là, vous comparez les écoles de langue japonaise au Japon. En ce qui concerne la date d’entrée, pour les écoles de langue au Japon, vous avez plusieurs sessions. Pour ma part, j’avais choisi la session d’avril 2018. Au Japon, la rentrée des classes se fait en avril, contrairement à nous en France où ça débute en septembre.

 

2. S’inscrire dans une école de langue au Japon

Une fois que j’avais choisi l’école qui m’intéressait, je me suis rendu sur le site web de l’école pour envoyer mon premier message en français via leur formulaire de contact en disant que j’étais intéressé par leur programme scolaire. Puis j’ai reçu un premier message d’une personne de l’administration de l’école. Mon interlocuteur était un japonais qui savait parler et écrire très correctement le français. Du coup, tous nos échanges par mails ont été écrits en français.

A présent, afin de comprendre la suite des explications, je vais établir la liste des procédures à suivre pour préparer son dossier d’inscription jusqu’à réception du visa étudiant. Ces procédures sont à suivre dans l’ordre. Sans la première étape, vous ne pourrez pas accéder à la seconde car votre interlocuteur prendra le temps de valider chacun de vos documents étape par étape.

 

3. Comment faire sa demande visa étudiant au Japon ?

3.1 Les pré-requis pour étudier dans une école de langue au Japon

La demande de visa étudiant est ouverte à tous et se fait par dossier nécessitant au préalable 2 pré-requis.

« C’est tout ?! »

C’est peut-être peu mais encore faut-il les avoir. En effet, les 2 prés-requis dont vous aurez besoin préalablement sont :

  • un niveau d’étude minimum équivalent au baccalauréat,
  • un certificat bancaire prouvant la somme minimale de 16 000 € sur votre compte bancaire ou celui d’un garant (père ou mère).

Avec un peu de recul on peut comprendre leur point de vue. En ce qui concerne le certificat bancaire, j’imagine qu’ils veulent s’assurer que vous ayez le budget nécessaire permettant de vivre à Tokyo. Parce-que à part les frais scolaires, vous avez également votre logement et vos repas à payer, entre autres. C’est pourquoi, si vous voulez étudier au Japon, il va falloir mettre suffisamment d’argent de côté.

 

3.2 Les documents pour s’inscrire dans une école de langue au Japon

Après avoir envoyé votre dernier diplôme et votre certificat bancaire par email, vous allez devoir compléter, entre autres, le formulaire d’inscription que seule la personne sera en mesure de vous envoyer. Ce formulaire comprend plusieurs pages dont :

  • un formulaire d’inscription,
  • un CV,
  • une lettre de motivation,
  • un formulaire pour le garant.

 

3.2.1 Explications des documents à fournir pour l’inscription à l’école de langue

Le formulaire d’inscription était écrit pour le coup en japonais et traduit en français, ce qui m’a permis de le compléter facilement. Cependant mon interlocuteur m’a tout de même fourni une notice me permettant d’obtenir une aide supplémentaire pour compléter le formulaire.

Toutefois, je ne sais pas si c’est partout pareil dans les écoles de langue au Japon mais le japonais avec lequel j’ai pu échanger m’a aidé à corriger le peu d’erreurs que j’avais commises dans le formulaire d’inscription jusqu’à ce que ce dernier soit parfait.

J’ajouterais un point plus ou moins important : dans le formulaire d’inscription on vous demandera le numéro de votre passeport. Bien entendu, assurez-vous que celui-ci soit encore valide ou tout bêtement que vous en ayez un. Parce-que en ce qui me concerne, lorsque j’ai remarqué que je devais mettre le numéro du passeport, à ce moment-là je n’avais pas encore de passeport ! Je n’en avais jamais fait. C’est pourquoi je me suis empressé de le faire pour pouvoir obtenir son numéro. Donc si vous n’avez pas encore de passeport, je vous invite à lire l’article complet sur la préparation du passeport.

Le CV quant à lui retrace dans sa globalité votre parcours scolaire, vos expériences professionnelles, les écoles de langues japonaises que vous avez déjà faites et tous les voyages que vous avez fait au Japon.

En ce qui concerne maintenant la lettre de motivation, il s’agit donc de vos motivations à étudier au Japon. Et notez bien cela, l’immigration japonaise veut s’assurer que le visa étudiant reste avant tout un visa « d’étude » et non de travail. C’est-à-dire que vous devez éviter de parler de projets de vie ou de travail au Japon. Assurez-vous de parler uniquement de projets d’études en adéquation avec le visa que vous demandez. Et cela concerne également toutes les autres parties.

Enfin pour le formulaire du garant, une personne de votre famille (père ou mère) doit remplir ce formulaire. Bien qu’au début vous ayez fournis votre propre certificat bancaire, l’école veut s’assurer (au cas où) qu’un membre de votre famille sera en mesure de vous aider en cas de pépin. Dans ces quelques documents, vous pouvez également mettre votre photo et signer là où on vous le demande mais je pense que pour cette première ébauche ce n’est pas très important car ces 4 premiers documents seront avant tout envoyés par email afin d’être vérifiés. Et comme vous le savez, jusqu’à maintenant il n’est pas encore possible d’envoyer une signature authentique par email. La photo et les signatures seront donc à ajouter lorsque vous scannerez vos 4 documents pour les envoyer par voie postale mais on en reparlera dans la partie 3.4.

 

3.3 Des documents pour compléter son dossier d’inscription

Les 4 documents énoncés précédemment seront traduits par l’école qui les enverra à l’immigration japonaise. Maintenant, nous allons parler de nouveaux documents que vous devrez envoyer tout d’abord par email à l’école pour qu’elle puisse les vérifier. En voici la liste :

  • Acte de naissance (original),
  • Dernier diplôme (photocopie),
  • Attestation de travail du garant (original),
  • Certificat bancaire issu du compte du garant, prouvant une autonomie financière d’au moins 16 000 € (original daté et signé par l’établissement en question),
  • Photocopie du passeport.

Après validation de vos documents par l’école, vous serez en mesure de les envoyer par voie postale.

 

3.4 Envoi du dossier d’inscription

Si les 3 premières étapes se font par email, c’est pour s’assurer que vous êtes en possession des documents demandés ou que ceux-ci sont correctement complétés. Puis si tout est correct, vous serez en mesure de tout envoyer par voie postale. Faisons un récapitulatif des documents à mettre dans votre enveloppe :

  • Formulaire d’inscription (daté et signé),
  • CV (daté et signé),
  • Lettre de motivation (signée),
  • Acte de naissance (original),
  • Dernier diplôme (photocopie),
  • Attestation de travail du garant (original),
  • Certificat bancaire prouvant la somme minimale de 16 000 € sur votre compte ainsi que sur le compte du garant (original tamponné et signé par l’établissement bancaire concerné),
  • 5 photos d’identités (original),
  • Photocopie du passeport.

L’école vous fournira donc son adresse pour envoyer votre dossier par voie postale et en lettre recommandée. Toutefois si vous êtes encore étudiant en école de langue japonaise en France ou que vous travaillez dans une entreprise, des documents supplémentaires seront également à envoyer suite à validation par email de l’école :

  • Certificat de travail pour les salariés,
  • Certificat de votre école de japonais en France,
  • Certificat de votre diplôme du « Nihongo Noryoku Shiken ».

Quand vous avez reçu votre dossier, l’école s’engage à traduire et présenter celui-ci dans les meilleures dispositions à l’immigration japonaise.

 

3.5 Envoi d’un acompte compris dans les frais de scolarité

Suite à l’envoi de votre dossier, l’école vous demandera toutefois, un acompte de 30 000 yens avant toute traduction du dossier et présentation de celui-ci aux services d’immigration japonaise. Cette somme sera bien entendu déduite du tarif final en cas d’obtention du visa ou restituée à l’étudiant en cas de refus de l’immigration.

Cependant, en cas d’annulation des démarches par l’étudiant lui-même (et ce quel qu’en soit la raison), l’administration se réservera le droit de conserver cet acompte. Il conviendra ainsi de bien réfléchir avant de lancer définitivement une démarche de demande de visa étudiant. L’envoi de l’acompte a pu facilement s’effectuer par Paypal.com qui permet automatiquement de convertir la somme de yens en euros. N’hésitez pas ensuite de vous assurer que votre acompte a bien été reçu par l’école.

 

3.6 Dates limites d’envoi et de réception de votre dossier

Pendant tous les échanges que vous aurez avec l’école pour préparer votre dossier, vous aurez des dates à respecter. L’école sera en mesure de vous les communiquer afin d’envoyer tels ou tels documents en temps et en heure. En prenant exemple sur les étapes précédentes et en se basant sur une session prévue pour début avril 2018, l’envoi du formulaire d’inscription par email devait se faire début août 2017 et l’envoi du dossier complet devait se faire quant à lui avant le 15 novembre 2017.

Généralement la réponse finale, celle qui confirmera ou refusera votre dossier, interviendra dans les 3 mois suivants la date limite de présentation des dossiers. C’est-à-dire, 3 mois après le mois de novembre. Je peux vous assurer que ces 3 mois ont été longs ! Longue attente et stress au rendez-vous ! Je commençais vraiment à perdre ma motivation et espoir. Aller au Japon, allait être pour moi une première et pas seulement, c’était surtout la réalisation d’un rêve ! J’avais tellement peur de ne pas être retenu que je commençais à réfléchir à mes nouveaux plans dans le cas où je devais rester en France : chercher un travail, chercher un appartement etc.

C’est avec joie que le 23 février 2018, j’ai pu recevoir par email la confirmation de l’école par l’immigration japonaise !

 

3.7 Règlement des frais de scolarité

Lorsque j’avais obtenu la réponse, j’avais un mois pour envoyer les frais de scolarité par virement bancaire pour recevoir le « Certificate of Eligibility », un document indispensable pour retirer son visa étudiant auprès de l’ambassade ou du consulat du Japon (en France). Pour gagner du temps, sans même avoir obtenu la confirmation par l’immigration japonaise, j’ai demandé les coordonnées bancaires de la banque de l’école pour créer un nouveau bénéficiaire en ligne avec ma banque. Parce-que généralement la création d’un nouveau bénéficiaire peut prendre un peu de temps. Si votre banque le permet, il faut que vous fassiez un « virement international » en sélectionnant votre bénéficiaire. Le virement international est obligatoire sinon vous ne pourrez pas envoyer les frais de scolarité à votre école. Au Japon, ils ne possèdent pas de numéro IBAN, ce qui ne permet pas de faire un simple virement bancaire.

Une fois que le virement bancaire est établi, assurez-vous que le montant a bien été reçu car ce n’est pas une petite somme d’argent et c’est toujours rassurant.

 

3.8 Le Certificate of Eligibility (COE)

C’est donc 3 jours plus tard que j’ai reçu la confirmation de la réception du virement bancaire par l’école. C’était la première fois que je faisais un virement à l’international alors j’espérais vraiment que ce dernier soit bien arrivé. En général, le virement international peut prendre entre 3 et 10 jours selon les banques françaises. Suite à cela, l’école était donc autorisée à m’envoyer le COE « Certificate of Eligibility » à mon domicile. L’école m’a également envoyé une liste de documents (et oui encore et encore des documents) que je devais fournir à l’ambassade japonaise (ou au consulat) en France pour faire ma demande de visa.

 

3.9 Demande et réception du visa étudiant

La demande de visa étudiant doit contenir les éléments suivants :

  • L’original du « Certificate of Eligibility » (COE) accompagné de sa photocopie recto-verso.
  • Passeport en cours de validité (non biométrique accepté).
  • Titre de séjour (sauf membres de l’Union Européenne) accompagné de sa photocopie recto-verso.
  • 1 formulaire de demande de visa (les signatures figurant sur le passeport et le formulaire doivent être identiques). En cas de doute sur la façon de compléter ce formulaire, veuillez laisser libre les champs concernés et vous adresser directement au préposé des visas au moment du dépôt de votre demande.
  • 1 photographie d’identité (de bonne qualité datant de moins de 6 mois) à coller sur le formulaire. format: 35mm X 45mm (ne pas tenir compte des dimensions mentionnées sur le formulaire) Les photographies d’identité scannées /imprimées via une imprimante ne sont pas acceptées. Elles doivent laisser apparaître la tête entière.

Le formulaire de demande de visa doit uniquement être écrit en anglais et peut être écrit de façon manuscrite ou dactylographiée. Le formulaire se complète rapidement. Je me suis donc ensuite rendu à l’ambassade japonaise à Paris et j’ai pu tout fournir sans problème. La personne au guichet vous donnera alors un récépissé que vous devez apporter le jour où vous récupérerez votre visa étudiant ! La demande de fabrication du visa étudiant est payante et vous coûtera 25€ alors pensez également à avoir cette somme en liquide le jour où vous viendrez retirer votre visa étudiant. Ainsi, vous serez en possession du visa étudiant et vous pourrez étudier au Japon.

 

4. Que se passe-t-il après un an dans une école au Japon ?

Après avoir étudié un an au Japon, l’école vous demandera ce que vous souhaitez faire par la suite : si vous souhaitez poursuivre sur une deuxième année en visa étudiant ou si vous voulez arrêter et rentrer en France.

  • Dans le cas où vous décidez de rentrer dans votre pays, après avoir passé un an dans l’école au Japon, l’école vous donnera un certificat.
  • Dans le cas où vous souhaitez poursuivre une année supplémentaire, l’école ne vous donnera pas encore de certificat. Le certificat s’obtient donc à la fin de votre cursus scolaire. En poursuivant, l’école vous fournira de nouvelles informations concernant le renouvellement de votre visa étudiant.

 

5. Comment renouveler son visa étudiant ?

Tout d’abord, sachez que le visa étudiant au Japon peut se renouveler. Vous pouvez donc faire deux années (à la suite) en visa étudiant.

Il est tout à fait possible de changer d’école pour faire sa deuxième année en visa étudiant au Japon. Si vous décidez de changer d’école pour effectuer votre deuxième année en visa étudiant, vous allez devoir réunir à nouveau tous les documents qui vous ont été demandés lors de la première année pour compléter votre dossier d’inscription. Cependant, si vous restez dans la même école, on vous demandera uniquement les frais de scolarité pour la nouvelle année.

Comme vous le savez, votre carte de résidence atteindra à ce moment-là sa date d’expiration. C’est pourquoi l’école se chargera de donner votre carte de résidence à l’immigration japonaise qui s’occupera de son renouvellement avec une nouvelle date d’expiration. L’école quant à elle, vous donnera un document qui remplacera provisoirement votre carte de résidence.

A présent, à l’aide de cet article complet, vous pouvez désormais vous inscrire dans une école au Japon, et si l’envie vous dit, poursuivre dans la même école avec un renouvellement du visa étudiant.

Voulez-vous mettre toutes les chances de votre côté ?

Profitez du Ebook pour obtenir votre visa étudiant directement

My Number au Japon

My Number au Japon

Après vous avoir parlé de la déclaration de votre adresse de résidence et de la sécurité sociale, maintenant je vais vous parler du numéro d’identification plus connu sous le nom de « My Number ».

En effet, si je vous détaille toutes ces informations nécessaires à la préparation de ces documents, c’est qu’ils vous seront très utiles pour vous installer au Japon. Il s’agit de trois procédures à entreprendre lors de votre arrivée au Japon la première semaine. La demande de ces trois documents s’effectue en moins d’une journée dans votre mairie.

1. My Number, qu’est-ce que c’est ?

My Number est un numéro à 12 chiffres associé à toutes les personnes (y compris les étrangers) qui ont une carte de résident au Japon.
Généralement, il n’est pas possible de changer ce numéro d’identification, vous le gardez toute votre vie au Japon. Il s’agit d’un numéro personnel qu’il ne faut pas divulguer sous peine d’être utilisé illégalement. Dans ce cas-là, il faut en informer la mairie pour qu’il vous le change.

My Number est utilisé pour confirmer que les informations personnelles d’une personne sont présentes dans les trois organisations suivantes : la sécurité sociale, les mesures fiscales et la prévention de catastrophes.

Ce numéro d’identification a été mis en place pour faciliter les tâches administratives et ainsi éviter les fraudes. Il permet d’identifier rapidement et de manière fiable les personnes.

Dans le passé, les procédures administratives prenaient beaucoup de temps pour examiner de nombreux documents. Après l’introduction du système My Number, l’administration n’ayant plus besoin de consulter un grand nombre de documents, la paperasse s’est allégée et le temps de procédure a été raccourci.

 

2. Fiche de notification My Number

La fiche de notification My Number est une carte papier. Après avoir déclaré votre adresse de résidence à la mairie, cette dernière vous enverra par courrier recommandé plusieurs documents :

  • votre fiche de notification My Number,
  • un formulaire de demande de carte d’identification My Number,
  • une enveloppe pour votre formulaire.

Informations inscrites sur la fiche de notification (recto) :

  1. Numéro d’identification My Number
  2. Nom
  3. Adresse
  4. Date de naissance
  5. Sexe
  6. Date d’édition

 

Important :

  • La falsification des informations inscrites sur cette carte est strictement interdite et punie par la loi.
  • Si vous trouvez cette carte, veuillez impérativement contacter le Centre d’appels pour le système de sécurité sociale et de numéro de taxes par téléphone au : 0570-783-578.
  • Après réception de votre carte d’identification My Number, veuillez renvoyer cette fiche de notification à votre mairie.

 

3. Demande pour la carte d’identification My Number

Lorsque vous recevrez votre fiche de notification par courrier, vous remarquerez qu’elle est rattachée à un formulaire. Ce formulaire est déjà complété (comme votre fiche de notification) et permet de faire une demande de la carte d’identification My Number.

 

Dans un premier temps, vous devez découper le document en suivant les pointillés. Ensuite vous devez introduire votre formulaire dans l’enveloppe fournie et l’envoyer à la poste. N’oubliez pas d’inscrire votre nom et votre adresse postale sur l’enveloppe.

 

4. Carte d’identification My Number

La carte d’identification My Number est une carte plastifiée. Contrairement à la fiche de notification, la carte d’identification My Number contient une photo d’identité ainsi qu’une puce.

 

En possédant la carte My Number, vous allez bénéficier de nombreux avantages comme le fait de pouvoir compléter des dossiers administratifs tels que l’ouverture d’un compte bancaire.

 

5. Faut-il faire une nouvelle demande My Number si je change de visa ?

Lorsque vous arrivez pour la première fois au Japon avec un visa étudiant ou vacances travail, vous faîtes votre demande My Number, mais que se passe-t-il quand vous changez de visa ?

Et bien, sachez que vous n’avez pas à faire une nouvelle demande du My Number. En effet, vous gardez le My Number que vous avez obtenu lors de votre première demande.

Pour toutes informations complémentaires, vous pouvez rejoindre le site internet de l’agence japonaise pour le système d’information des collectivités locales.

Déclarer son adresse de résidence au Japon

Déclarer son adresse de résidence au Japon

Muni d’un visa valide d’une durée minimum de 3 mois (visa étudiant, working holidays, etc.), en voyageant au Japon il vous sera primordial de déclarer votre adresse de résidence. Dès la première semaine de votre arrivée au Japon, c’est une des premières tâches a effectuer et il est nécessaire de s’en occuper rapidement.

La déclaration de votre adresse de résidence permet principalement d’indiquer l’adresse postale de votre logement afin que vous puissiez recevoir tout type de courriers postaux. Si vous ne déclarez pas votre adresse de résidence, vous ne pourriez en aucun cas recevoir de courriers et cela pourrait engendrer de nombreux problèmes vis-à-vis des institutions financières ou gouvernementales.

1. Déclarer son adresse de résidence en visa étudiant et vacances travail au Japon

Généralement, lorsque vous êtes en visa étudiant, vous avez le même logement durant toute l’année au Japon. Dans ce cas-là, vous déclarez votre adresse de résidence une fois en arrivant pour que vous n’ayez plus à vous en occuper.

Par contre, en ce qui concerne le visa working holidays, il est fort possible que vous vous déplaciez régulièrement pour voyager au Japon.

Ce que je recommande pour les PVTistes, c’est de déclarer votre adresse de résidence si vous comptez résider dans votre ville pour une durée minimum de deux semaines. Que vous viviez en appartement, en guesthouse ou en sharehouse, vous devez déclarer votre adresse de résidence. Dans ce nouvel article, je vais vous aider à compléter un document administratif (le plus souvent écrit en japonais) pour que vous puissiez déclarer votre adresse de résidence.

 

2. Où faut-il déclarer son adresse de résidence au Japon ?

Pour déclarer votre adresse de résidence au Japon, vous devez vous rendre dans la mairie située dans votre ville ou votre quartier. En ce qui me concerne, j’ai vécu un an dans la ville de Higashinakano donc le quartier était Nakano. Pour connaître le quartier (ou district) de votre ville, au Japon vous verrez le préfixe « -ku » rattaché au nom du quartier.

En ce qui me concerne, c’était donc « Nakano-ku ». Quand vous arriverez au Japon la première semaine, si vous ne savez pas parler japonais et que vous n’avez pas internet sur votre téléphone portable, je vous suggère d’écrire des phrases en japonais sur un papier que vous pourriez montrer en mairie. Pendant un mois à peu près, après mon arrivée au Japon la première fois, j’avais seulement internet dans ma sharehouse alors je préparais des « imprimés écrans » de google maps pour me repérer à Tokyo, et je préparais des phrases japonaises traduites à l’aide de google translate pour demander mon chemin en ville. Sachez que la Wifi gratuite est présente dans de nombreux lieux à Tokyo.

En arrivant en mairie, si vous ne pouvez pas compter sur vos connaissances en japonais, montrez votre papier avec votre phrase en japonais pour vous faire comprendre :

Exemple de phrase : « こんにちは、引っ越しをしまして住民登録音を頂きたいです。国外からの転入です。»

Traduction : « Bonjour, je voudrais faire une demande d’enregistrement comme résident venant d’un pays étranger. »

 

3. Comment déclarer son adresse de résidence au Japon ?

En mairie, après avoir fait une demande de déclaration de résidence, on vous guidera afin que vous remplissiez un document administratif japonais. Ce document a deux fonctions : déclarer sa première adresse de résidence et déclarer son déménagement.

Document déclaration de l'adresse de résidence au Japon


Document déclaration de l’adresse de résidence au Japon

3.1 Déclarer sa première adresse de résidence au Japon

Pour déclarer votre première adresse de résidence au Japon, vous devez compléter les espaces que j’ai numérotés de 1 à 8. Notez également que ce document peut changer d’un quartier à un autre mais les informations au sein du document restent les mêmes.

  1. Date du jour où vous remplissez le document (format japonais : Année/Mois/Jour),
  2. Votre nom (format katakana ou rômaji),
  3. Votre prénom et deuxième nom (format katakana ou rômaji),
  4. Votre date de naissance,
  5. Votre sexe : = Homme, = Femme,
  6. Votre statut résidentiel : cochez la dernière case et indiquez le statut écrit sur votre carte de résident,
  7. L’adresse de votre nouveau logement au Japon (format japonais),
  8. Le nom du propriétaire (format katakana) : Si vous êtes en sharehouse, indiquez le nom (ex: Oakhouse, Sakura House) suivi de votre numéro de chambre.

 

3.2 Déclarer son déménagement au Japon

Pour déclarer votre changement d’adresse de résidence au Japon, vous devez compléter les espaces que j’ai numérotés de 1 à 11.

  1. Date du jour où vous remplissez le document (format japonais : Année/Mois/Jour),
  2. Votre nom (format katakana ou rômaji),
  3. Votre prénom et deuxième nom (format katakana ou rômaji),
  4. Votre date de naissance,
  5. Votre sexe : = Homme, = Femme,
  6. Votre statut résidentiel : cochez la dernière case et indiquez le statut écrit sur votre carte de résident,
  7. L’adresse de votre nouveau logement au Japon (format japonais),
  8. Le nom du propriétaire (format katakana) : Si vous êtes en sharehouse, indiquez le nom (ex: Oakhouse, Sakura House) suivi de votre numéro de chambre.
  9. Cochez la case du haut pour indiquer votre ancienne adresse de résidence, ou, cochez la case du bas pour indiquer votre nouvelle adresse de résidence au Japon.
  10. Si vous avez coché la case du haut (n°9) : indiquez votre dernière adresse. (cas exceptionnel : si entre deux visas vous êtes rentrés en France, indiquez « France »). Si vous avez coché la case du bas (n°9), indiquez votre nouvelle adresse de résidence au Japon.
  11. Le nom du propriétaire (format katakana) : Si vous êtes en sharehouse, indiquez le nom (ex: Oakhouse, Sakura House) suivi de votre numéro de chambre.

 

4. Inscription de votre nouvelle adresse sur votre carte de résidence au Japon

Lorsque vous aurez complété, vous devez l’apporter au personnel présent sur place. En mairie, vous ne serez pas le seul et après quelques minutes d’attente dans une salle, lors de votre passage on vous demandera votre carte de résident et la mairie se chargera d’inscrire au dos de votre carte votre nouvelle adresse de résidence.

A partir de ce moment-là, votre adresse de résidence sera déclarée à la mairie et vous pourrez recevoir par courrier des documents administratifs.


Rejoignez les autres abonnés

Recevez les dernières informations détaillées du Great Tourist Nizuka

Apprendre le japonais
Apprenez les bases fondamentales du japonais


Apprendre le japonais 

 

PUBLICITÉ

Verasia, la librairie spécialisée en japonais

Verasia, la librairie spécialisée en japonais

Si vous commencez à lire les premières lignes de cet article, c’est que vous êtes peut-être à la recherche d’une librairie qui vend des livres pour apprendre le japonais et que vous ne savez pas trop où donner de la tête. C’est vrai qu’avec une petite recherche sur internet, on se retrouve avec plusieurs résultats similaires. Ayant moi-même acheté des livres de japonais, je suis en mesure de pouvoir vous aider.

En apprenant le japonais à l’école, on vous demandera très certainement d’acheter des manuels scolaires et parmi ceux-ci, il est fort probable que vous finirez par acheter le fameux livre « Minna no Nihongo ». Ce livre est énormément utilisé et je l’ai moi-même acheté quand j’ai commencé à apprendre en autodidacte. Difficile de dire si il est mieux que d’autres livres mais je peux vous confirmer que ce livre m’a permis d’apprendre le japonais tout seul. J’ai pu rapidement acquérir de bonnes bases en japonais grâce à ce livre.

Ce livre est vendu dans de nombreuses librairies en France, au Japon et partout ailleurs. Si vous voulez vous en procurer, il va donc falloir en acheter un en librairie. Mais alors quelle librairie choisir ? C’est ce dont nous allons parler dans cet article.

1. Choisir une librairie spécialisée

Si vous êtes déjà allés au Japon, vous vous êtes peut-être rendu dans une librairie japonaise. Les librairies au Japon sont très impressionnantes car elles sont immenses et sur plusieurs étages. Elles ne sont, pour la plupart, pas spécialisées. Elles vendent tout type de livre de japonais mais surtout, elles vendent des milliers de livres similaires. Autant vous dire que vous vous y perdez très vite et que le choix est rapidement difficile. Du coup, vous finissez par acheter un livre aléatoirement parce-qu’il vous semble bon.

Avant d’entrer dans une librairie, ou en vous rendant sur un site internet, assurez-vous que ce dernier soit spécialisé dans votre recherche. C’est pourquoi, en terme de librairie spécialisée en japonais, je vais vous parler de Verasia.

 

2. Verasia, la librairie spécialisée en japonais

Pour la petite histoire, la société Verasia est basée à Madrid, où elle a commencé son activité il y a près de 8 ans dans le but de permettre aux étudiants espagnols d’apprendre une langue vivante. Cette librairie s’est tout d’abord spécialisée dans la langue chinoise : Aprende Chino Hoy. Outre la boutique ouverte au public, a très vite adopté un profil eCommerce, où elle s’est diversifée en japonais, puis en coréen avec les librairies « Aprende Japonés Hoy » et « Aprende Coreano Hoy ».

Depuis, Verasia vend des livres autour des pays francophones afin d’offrir les meilleures ressources d’apprentissage et d’étudier la langue nippone.

 

3. Verasia, c’est offrir la plus haute qualité des livres les plus actuels

Leur objectif est d’offrir aux étudiants de japonais en France les meilleures ressources afin d’apprendre et d’étudier la langue nippone. Ceci s’adresse également aux professeurs et aux académies de japonais, dans tous les pays francophones.

C’est pourquoi vous trouverez sur leur site en ligne, une vaste sélection de titres, choisis parmi les meilleurs livres du monde en la matière. Verasia ne se focalise pas uniquement sur la vente de manuels et de méthodes les plus connues. En effet, leur savoir-faire leur permet maintenant de proposer des outils qui permettront à l’étudiant de japonais de développer toutes ses compétences linguistiques.

L’expérience développée par Verasia leur a permis de connaître en profondeur les besoins des étudiants et des écoles de japonais, ainsi que les supports pédagogiques qui s’adaptent le mieux à leurs nécessités.

 

4. Un catalogue bien fourni

Verasia travaille avec les principaux éditeurs japonais afin de fournir les meilleurs livres disponibles pour l’apprentissage du japonais à savoir : des manuels et des méthodes, kanji et kana, de la grammaire, etc.

Dans ce catalogue, vous ne manquerez pas d’y retrouver la grande série du livre « Minna no Nihongo » afin d’apprendre le japonais dans de bonnes conditions et au meilleur prix.

Le catalogue de Verasia contient plusieurs catégories afin que vous puissiez trouver le livre correspondant à votre recherche.

 

5. Achetez facilement vos livres en ligne

Verasia met à disposition un nombre incalculable de livres pour apprendre le japonais et vous pouvez très facilement les acheter.

Tout d’abord, vous devez vous inscrire. Une fois que cela est fait, choisissez votre livre en l’ajoutant à votre panier.

Vous pouvez choisir votre mode de livraison soit avec : Colissimo ou DHL. Enfin, il vous suffit de payer avec votre carte bancaire.


Rejoignez les autres abonnés

Recevez les dernières informations détaillées du Great Tourist Nizuka

Apprendre le japonais
Apprenez les bases fondamentales du japonais


Apprendre le japonais 

 

PUBLICITÉ

La sécurité sociale au Japon

La sécurité sociale au Japon

Dans un précédent article, je vous avais parlé de la déclaration de votre adresse de résidence au Japon, pour que vous puissiez à la fois en informer la mairie mais aussi pour recevoir tout type de documents administratifs par voie postale.

Après avoir enregistré pour la première fois votre adresse de résidence au Japon, le personnel de la mairie vous parlera de la « National Health Insurance » (NHI), autrement dit la sécurité sociale du Japon.

En effet, tout étranger ayant déclaré son adresse de résidence et qui envisage de rester au Japon au moins un an doit obligatoirement souscrire à l’assurance maladie. Il est possible d’obtenir l’assurance maladie de deux manières :

    • Par votre entreprise au Japon,
    • Par la mairie de votre quartier.

Même si vous êtes inscrit à une assurance étudiante étrangère ou tout autre type d’assurances, et que vous considérez que le coût de l’assurance maladie japonaise est trop élevé voire inutile, vous devez quand même souscrire à l’assurance maladie nationale du Japon.

Dans ce nouvel article nous parlerons en détail de la sécurité sociale au Japon afin que le sujet soit le plus clair possible pour toutes les personnes qui souhaitent voyager en toute sécurité.

1. Le système national d’assurance maladie

Le système national d’assurance maladie a pour objectif de garantir à chacun la possibilité de recevoir un traitement médical en cas de maladies ou accident avec une prise en charge de 70%. Toute personne assurée verse une cotisation d’assurance en fonction de son revenu annuel. Si vous êtes étudiant, vos revenus seront faibles, donc votre cotisation annuelle sera peu élevée.

 

2. Comment fonctionne l’assurance maladie au Japon ?

L’assurance maladie au Japon est gérée par la préfecture ou la municipalité dans laquelle vous vivez. Ces organismes gouvernementaux agissent en tant qu’assureurs.

Chaque assureur traite le paiement des frais médicaux en utilisant les fonds acquis grâce à la perception de primes d’assurance (cotisations d’assurance) auprès des personnes inscrites à la sécurité sociale, mais aussi de subventions du gouvernement national, du gouvernement métropolitain de Tokyo et d’autres sources. Lorsque vous allez dans un centre médical, vous payez qu’une partie de la consultation (30%). Le reste est pris en charge par la « National Health Insurance ».

Remarque : Lorsque vous êtes étudiants, vous pouvez souscrire auprès de votre école à une mutuelle qui couvre les 30% restants.

 

3. Carte d’assurance maladie nationale

3.1 Gardez une trace de votre carte d’assurance maladie

Votre carte d’assurance maladie sert de preuve que vous êtes inscrit à la « National Health Insurance » et vous devez la présenter au centre médical.

Carte d'assurance maladie nationale au Japon

Carte médicale d’assurance maladie au Japon

Remarque: chaque membre de la « National Health Insurance » reçoit une carte comme preuve d’inscription. La carte ne peut être utilisée que par cette personne (comme la carte vitale en France).

 

3.2 Présentez votre carte au cabinet médical lors de la consultation

Présentez toujours votre carte d’assurance maladie au guichet lorsque vous aurez une consultation dans un centre médical. Une fois que vous avez confirmé votre inscription à la « National Health Insurance », vous pouvez utiliser l’assurance pour couvrir vos frais.

 

3.3 Durée de validité

La date d’expiration de votre carte d’assurance maladie est imprimée en haut à droite.

Si vous souhaitez rester au Japon plus d’un an (après votre séjour en visa étudiant ou working holidays), et que vous ne passez pas par les procédures de renouvellement de votre carte d’assurance maladie, vous deviendrez inadmissible à la « National Health Insurance » et aux prestations. Alors n’oubliez pas, après avoir effectué vos démarches pour prolonger votre séjour auprès du Bureau de l’immigration, de renouveler votre carte d’assurance maladie auprès de la municipalité du quartier où vous vivez.

 

3.4 Utilisation de votre carte

    • Lorsque vous obtenez votre carte d’assurance maladie, vérifiez-la pour vous assurer que votre adresse, nom, date de naissance et autres informations soient correctes.
    • Si votre carte est perdue, endommagée ou inutilisable, veuillez demander une carte de remplacement.
    • Les cartes d’assurance maladie ne peuvent être prêtées ou transmises à une autre personne sous peine de sanction.

 

4. Demande d’assurance maladie nationale

4.1 Rejoindre l’assurance maladie nationale

4.1.1 Admission

Les résidents étrangers enregistrés à la mairie doivent s’inscrire à la « National Health Insurance ». Même ceux qui travaillent dans une entreprise et qui souhaitent rester dans le pays plus de trois mois doivent s’inscrire à l’assurance maladie du Japon, même s’ils sont dispensés de déposer un enregistrement de résident.

Rejoindre la sécurité sociale au Japon est obligatoire pour ne pas payer la totalité des frais médicaux. Cela dit, les personnes suivantes peuvent ne pas s’inscrire à la « National Health Insurance » :

    • Les personnes couvertes par l’assurance maladie des salariés ou par un autre programme japonais d’assurance maladie publique (comprend les personnes inscrites comme personnes à charge),
    • Les personnes inscrites au programme d’assurance maladie pour personnes âgées,
    • Les bénéficiaires de l’aide sociale,
    • Ceux qui ont le statut de résidence « activités désignées » ainsi que ceux :
      • Qui sont au Japon dans le but de recevoir un traitement médical ou de fournir une assistance quotidienne à quelqu’un qui est engagé dans des activités applicables.
      • Qui sont en séjour de moins d’un an et en séjour au Japon dans le but de faire du tourisme, des loisirs ou activités similaires.Notez que même si votre séjour est inférieur à trois mois, vous pourrez peut-être vous inscrire à la sécurité sociale du Japon.
    • Si votre statut de résident vous autorise à rester au Japon pendant plus de trois mois en tant qu « artiste de spectacle », « stagiaire technique », « à charge » ou pour « activités désignées ». Les activités désignées sont confirmées via le certificat de désignation lié à votre passeport,
    • Les personnes qui se sont inscrites à la « National Health Insurance » mais dont l’enregistrement de résident a été annulé parce-que leur période de séjour est inférieure à trois mois à compter du renouvellement de leur statut de résident.

 

4.1.2 Procédures d’inscription

Vous devez suivre les procédures d’inscription à la « National Health Insurance » dans un délai de 14 jours dans les cas suivants (si vous retardez cette inscription, vous devrez payer rétroactivement  (exemple : vous arrivez en avril et vous vous inscrivez en juillet, on vous demandera le règlement des mois d’avril à juin en plus du paiement de juillet) :

    • Quand vous vous déplacez dans la ville (ou entrez dans le pays), veuillez vous inscrire à la « National Health Insurance » en même temps que vous demandez une carte de résident (enregistrement de résident).
    • Lorsque vous obtenez un nouveau statut de résidence de plus de trois mois,
    • Lorsque vous vous retirez d’un autre programme japonais d’assurance maladie (par exemple : une assurance maladie en quittant votre emploi au Japon),
    • Lorsque votre enfant est né,
    • Lorsque vous ne pouvez plus recevoir d’aide sociale.

 

Remarque : Si vous ne parlez pas encore japonais, faîtes-vous accompagner par une personne parlant japonais car le personnel au guichet de la mairie ne parle pas toujours anglais.

Pour s’inscrire, il vous faudra votre carte de résident ainsi que votre passeport et vos documents bancaires pour effectuer un prélèvement automatique. On vous donnera des imprimés à remplir pour que le conseiller calcule le montant annuel de votre cotisation.

 

4.2 Se retirer de l’assurance maladie nationale

Vous devez suivre les procédures d’annulation de la « National Health Insurance » dans un délai de 14 jours si l’un des événements suivants se produit (il vous sera demandé de retourner votre carte d’assurance maladie) :

    • Lorsque vous quittez la ville (ou quittez le pays) :

Veuillez soumettre une demande de transfert de carte de résident

Remarque: si vous soumettez une demande de transfert à l’étranger, votre carte d’assurance maladie deviendra invalide le jour après la date de votre départ du pays.

Notez que si vous maintenez votre carte de résident active et ne déposez pas de virement, vous continuerez d’être responsable de la cotisation d’assurance de paiement.

    • Lorsque vous vous inscrivez à un autre organisme japonais d’assurance maladie publique (par exemple : une assurance par votre travail) :

Remarque: si vous ne suivez pas les procédures d’annulation, vous serez inscrit à deux organismes d’assurance et continuez à payer la cotisation d’assurance.

    • Lorsque vous êtes inscrit à l’organisme d’assurance maladie pour personnes âgées :

Remarque: Dans ce cas, vous n’avez pas besoin de passer par les procédures d’annulation.

    • A la mort de l’assuré,
    • Quand vous commencez à recevoir de l’aide sociale,
    • Lorsque vous recevez le statut de résident « activités désignées » dans le but de recevoir des soins médicaux de traitement ou pour fournir une assistance quotidienne à une personne,
    • Vous perdez votre statut de résident (à l’expiration de votre séjour).

 

Important :

    • Une fois que vous vous êtes retiré de la « National Health Insurance », vous ne pourrez plus utiliser votre carte d’assurance maladie. Si vous essayez de l’utiliser sans être inscrit pour recevoir des prestations de la « National Health Insurance », vous serez obligé de rembourser les frais médicaux couverts par l’assureur.
    • L’inscription à la « National Health Insurance » ne peut être annulée pour des raisons personnelles telles que le fait que l’assurance maladie soit trop élevée ou ne pas utiliser votre carte d’assurance maladie.
    • Même si vous êtes inscrit à un régime privé d’assurance maladie (y compris les étudiants étrangers) assurance-vie, ou assurance accidents de voyage, vous devez toujours rester inscrit à la « National Health Insurance ».

 

5. Méthodes de paiement

Les cotisations d’assurance sont à payer le dernier jour de chaque mois. Si le dernier jour du mois est un jour férié, ils sont à payer le jour ouvrable suivant. Les paiements sont généralement fait en utilisant l’une des méthodes suivantes :

 

5.1 Virement

Le virement bancaire est le moyen le plus pratique de payer vos cotisations d’assurance. Vous pouvez effectuer un prélèvement automatique de votre compte.

 

5.2 Relevé de paiement

5.2.1 En personne

Vous recevez chaque mois par la poste, un bulletin de versement que vous pouvez payer dans n’importe quel konbini le plus proche ou au guichet de paiement de la « National Health Insurance » à la mairie.

La première fois, vous recevrez un courrier contenant deux types de documents :

    • Un premier document (de couleur blanche) qui récapitule les cotisations d’assurance à payer par mois.
    • Un deuxième document (de couleur jaunâtre) pour votre règlement mensuel.

Remarque : votre bulletin de versement doit comporter un code barres pour pouvoir payer dans un konbini.

Sur le récapitulatif du bulletin de versement, vous retrouverez toutes les dates par mois (encadrées de couleur bleue) avec le jour où vous devez payer vos cotisations d’assurance.

Récapitulatif du bulletin de versement

Récapitulatif des cotisations d’assurance à payer chaque mois

Sur le relevé de paiement mensuel, vous trouverez quelques informations liées au document récapitulatif :

  • Encadré bleu : la date du jour où vous devez payer,
  • Encadré rouge : le tarif à payer pour le mois,
  • Encadré vert : en payant au konbini, la personne à la caisse va récupérer la partie droite du bulletin de versement,
  • Encadré orange : en payant au konbini, la personne à la caisse vous rendra la partie gauche comme preuve que vous avez payé.

Bulletin de versement

 

5.2.2 Par téléphone (Application MobileRegi)

Vous pouvez également payer par téléphone si un code barres est imprimé sur votre relevé de paiement. Utilisez votre téléphone appareil photo pour lire le code barres, puis payez en utilisant une application de banque mobile.

 

6. Si vous ne payez pas votre sécurité sociale…

    • Si vous ne payez pas vos cotisations d’assurance dans les délais, vous recevrez un avis de rappel. Si votre paiement n’est toujours pas perçu, vous recevrez une lettre écrite demandant le paiement. Vous pouvez également recevoir un appel téléphonique ou une visite.
    • Si vous ne payez pas (même après avoir reçu un rappel et / ou une lettre écrite) sans motif valable et sans consulter la mairie, vous êtes légalement soumis à une demande de règlement, ce qui peut entraîner des mesures de saisie d’arrêt ou autres mesures de paiement.

Notez que vous serez également facturé des frais de retard.

    • Si vous ne payez pas vos cotisations d’assurance pendant une période prolongée, votre carte d’assurance maladie sera remplacée par une carte d’assurance maladie à court terme. Si vous ne payez toujours pas, cela entraînera la confiscation de votre carte d’assurance maladie, qui sera remplacée par une carte d’éligibilité (certificat). Les certificats d’éligibilité exigent que vous payiez tous les frais médicaux dans les hôpitaux et d’autres établissements médicaux et à faire une demande de remboursement auprès de votre mairie.

 

Important :

Si vous éprouvez des difficultés à payer vos cotisations d’assurance en raison de problèmes imprévus (par exemple une mise à pied ou une faillite d’entreprise), ou si vous avez du mal à vous occuper de vos retards de paiements, parlez-en à quelqu’un au comptoir des paiements de la « National Health Insurance » à votre mairie.

 

7. Avantages fournis par l’assurance maladie nationale

7.1 Bénéfices médicaux

Si vous tombez malade ou si vous vous blessez, présentez simplement votre carte d’assurance maladie au centre médical. Une partie du montant du règlement est pris en charge par la « National Health Insurance ».

7.1.1 Ce qui est couvert par l’assurance maladie nationale

    • Soins médicaux ou dentaires,
    • Frais pharmaceutiques,
    • Traitements, chirurgies et autres procédures,
    • Soins à domicile,
    • Hospitalisation et soins,
    • Allocation maladie,
    • Allocation maternité,
    • Prime de naissance.

 

7.1.2 Ce qui n’est pas couvert par l’assurance maladie nationale

    • Bilan de santé,
    • Vaccinations,
    • Avortement,
    • Chirurgie esthétique et orthodontie,
    • Maladies ou blessures liées lors d’actes criminels ou malveillants (Remarque: Ils sont couverts par une assurance contre les accidents du travail),
    • Maladies ou blessures subies à la suite de combats ou d’ivresse.

 

A présent, à l’aide de tous ces renseignements vous pouvez souscrire à l’assurance maladie du Japon afin de profiter de votre séjour en toute sécurité.